Articles

Cher Parfum, que serais-je sans toi ?

Préambule poétique

Cher parfum,

Tu es assez décrié ces derniers temps
Tu es utilisé par certains sous ton jour le plus sombre* alors sans doute ceci explique cela…

Tu sais pourtant être tout autre, tu sais rayonner d’un “je ne sais quoi” qui ne s’oublie jamais
Tu es rejeté, défié, caricaturé, trituré, évincé, quelle épreuve de vie !

La vie justement, parlons-en, avec tout ce que tu entends tu as de quoi te décourager de sentir si bon, avec tout ce qu’on entend, il y a de quoi te quitter pour de bon.
Tu as encore le courage de te laisser approcher par quelques-uns, quelques passionnés, qui te hument, te désirent, te kiffent juste pour s’enivrer d’émotions, de vibrations, de souvenirs.

Quelle aventure pour te denicher, t’alchimiser, te dévoiler, te révéler, n’aurais-tu pas par-dessus tout le goût de la rareté, de l’exquis, du mystère, de la passion ?
Mais que c’est bon de te sentir, de sentir la vie, d’oser la différence, l’inconnu, d’oser l’ailleurs aussi : cet ailleurs irrésistible qui se révèle être finalement une partie de nous, notre âme peut-être ?

Elise Le Pallabre.

*parfum de synthèse entre autres.

Je suis de celles et de ceux qui sont amoureux des parfums. Pas de n’importe quels parfums. Les parfums naturels, les parfums issus de la nature, les parfums vivants, les parfums qui parlent de nous, qui sont un miroir de notre essence, bref une discussion intérieure entre une senteur, nos sens et notre “moi” !

Du parfum dans ma crème ?

J’entends souvent cette question : “Est-ce qu’il y a du parfum dans vos crèmes Heuliad ?” et ce qui suit juste après – ” Non, parce que je suis allergique en fait, je ne prends que des crèmes sans parfum”.

Je réponds alors : “Oui j’ai des parfums dans mes crèmes, ce sont des parfums composés d’huiles essentielles pures et naturelles, différentes selon les crèmes, les saisons, les personnalités “. Comment dire aussi que ces parfums-là sont un symbole de notre vision de la vie, en même temps qu’une ode à la différence, à l’authenticité, à la biodiversité.

Cet article me permet de développer mon choix pour ces parfums naturels parce que je n’ai pas toujours l’opportunité de le dire quand on discute dans la vraie vie. Aujourd’hui, il est plus que quotidien d’entendre les méfaits des parfums, les réactions, allergies, intolérances dont ils sont responsables. A entendre les messages de prévention un peu partout, il faut croire que la grande majorité d’entre nous est ultra allergique à tout parfum.

Je ne nie pas que beaucoup de réactions existent réellement, par contre je me demande surtout à quoi c’est dû ? Pourquoi est-ce devenu un tel souci, une telle peur ? La réglementation sur les cosmétiques, et sur les parfums viennent cautionner et accréditer pleinement cette peur ambiante, en obligeant les fabricants à afficher sur les packagings les allergènes (naturels ou pas, indifféremment) présents dans les soins. La publicité de son côté enfonce le clou en affichant partout fièrement “Sans parfum” sur les packagings des cosmétiques.

Pourtant ce n’est pas si simple : balayer “les parfums” d’un revers de la main n’est pas un geste si évident pour tout le monde, une minorité peut-être, une minorité quand même.
Le mot “parfum” désigne plusieurs réalités très différentes.

Quel Parfum exactement ?

Le parfum de synthèse

La majorité des parfums utilisés dans la cosmétique sont des parfums de synthèse, cela signifie que la senteur d’une vraie plante est imitée en associant des molécules qui sont créées et associées pour cela, ces molécules prises individuellement peuvent exister dans la nature, mais l’association de ces molécules n’existent pas dans la nature. Elles sont synthétisées, pour être reproductibles à l’identique de façon quasi infinie par l’Industrie, et à un coût faible. Les molécules peuvent aussi être artificielles, cela signifie que ces molécules individuellement ou en association n’existent pas dans la nature, elles sont fabriquées de A à Z.

Le parfum d’origine naturelle

Quand il est précisé que les parfums sont d’origine naturelle, ils existent sous 2 formes possibles :

Forme 1 : Ce sont par exemple des extraits d’huiles essentielles : seules les molécules odorantes sont conservées. Pour optimiser le rendement issu de la distillation des huiles essentielles, les plantes peuvent être chauffées à haute température, les plantes sont issues d’une agriculture intensive, et la distillation est compartimentée pour séparer toutes les molécules de l’huile essentielle : recueillir les molécules légères et odorantes d’un côté, les molécules plus “lourdes” de l’autre, et ainsi de suite suivant l’utilité de chaque molécule. Au final les huiles essentielles (plus tellement essentielles en fait) peuvent aussi être coupées ou diluées dans des solvants pour diminuer le coût de ces matières premières et les rentabiliser.

Ce ne sont donc que des “bouts” d’huiles essentielles qui se retrouvent dans les parfums qui sont pourtant bien des parfums d’origine naturelle. Oui, tout a commencé par une plante.

Cette façon de faire peut être réalisée plus ou moins bien dans les règles de l’art, ce qui donne des disparités de qualité énormes, et c’est très compliqué de savoir ce qui se fait réellement : chaque fabricant donne très peu d’informations, même aux marques qui leur achètent ces parfums : nous touchons là à des secrets de fabrication, à des formules exclusives… Nous saurons juste que ces parfums sont d’origine naturelle et nous connaîtrons les allergènes en présence.

NB : Pour certains de mes soins Heuliad, j’ai choisi une petite entreprise, synerga, qui réalise dans les règles de l’art un conservateur naturel, le naticide, pour participer à maintenir l’équilibre bactérien, j’ai pu obtenir de savoir que c’est un extrait 100 % naturel issu de l’amande amère, qui se révèle être puissamment anti-bactérienne, il n’y a pas d’allergènes dans cet ingrédient et il est considéré comme un parfum d’un point de vue règlementaire. Je l’ai choisi pour ma part pour sa vertu anti-bactérienne, et non pour jouer le rôle de parfum des soins.

Forme 2 : Les parfums sont réalisés en associant des huiles essentielles pures et naturelles. J’ai choisi cette formule là pour les soins Heuliad.

Cela signifie que l’huile essentielle est distillée de façon à récolter in fine l’ensemble des molécules qui la composent. Il faut savoir qu’une huile essentielle peut être composée de 400 molécules…
Une huile essentielle dite “pure et naturelle”, n’est pas dénaturée, ni décolorée, ni coupée, ni diluée dans un solvant, elle ne comporte aucun résidu d’autres plantes, elle est non modifiée de quelque façon que ce soit. Idéalement,  elle est aussi chémotypée (cela se prononce Kémotypée), cela signifie que l’on connaît précisément le détail de ses molécules, dans leur proportion respective, ce qui donne une indication précieuse sur ses actions et contre-indications par la suite.

Pour une même plante comme le romarin, le chémotype illustre les différences de compositions de chaque huile essentielle de romarin (verbénone, ou camphré etc ….) en fonction de l’environnement de la plante, de l’ensoleillement qu’elle a reçu, la composition du sol, le moment de la récolte.. Une huile essentielle est un concentré de toute la vie qui se joue en elle et autour d’elle, à un temps donné… ceci est en mouvement perpétuel et donne une identité olfactive à la fois unique, bouleversante et puissante !

La bonne question :

Les huiles essentielles contiennent naturellement des molécules classées officiellement parmi les allergènes (linalol, géraniol, citral, limonene par exemple ), mais le débat s’ouvre ici : ces allergènes vont-ils forcément créer une réaction quand ils sont contenus dans des huiles essentielles pures et naturelles, autant que quand ils sont contenus dans un parfum de synthèse ou un parfum dénaturé ? L’absence de ces allergènes garantit-elle une absence de réaction ?

Réflexion toute personnelle

Je vais évoquer une chose qui n’est pas vérifiée dans le monde scientifique conventionnel, rien d’officiel donc, c’est une observation et du bon sens, que d’autres professionnels des plantes partagent aussi mais ça n’engage personne d’autre que celui ou celle qui le dit…

Je disais qu’une huile essentielle peut se composer de 400 molécules différentes. On peut se dire que ces molécules, toutes aussi différentes les unes que les autres, sont là par hasard, que nous pouvons en ajouter, en enlever à loisir, qu’elles ne communiquent pas entre elles, ce ne sont que des molécules. On peut aussi se dire que la nature a bien fait les choses, que ces molécules s’équilibrent entre elles, qu’elles sont là pour une bonne raison même si nous ne comprenons pas tout !

Nous savons que sur ces 400 molécules, certaines sont par exemple irritantes mais ont des vertus cicatrisantes, d’autres sont apaisantes, d’autres anti-bactériennes, ou allergisantes et chacune de ces molécules sert à exprimer les vertus des autres en équilibrant leurs inconvénients respectifs. La molécule irritante pourra cicatriser sans irriter car elle est apaisée par la molécule apaisante en présence aussi, si je simplifie…

Cela induit que si nous dénaturons les ingrédients qui composent les parfums, et que nous intégrons ces parfums dans des crèmes elles-mêmes composées d’autres ingrédients naturels ou synthétiques, nous prenons le risque de réactions inappropriées, désagréables liées à un effet cocktail (trop d’ingrédients en présence et des dosages non judicieux)… Ces réactions pourraient aussi être liées au fait que les molécules ne sont pas bien ou pas du tout assimilables par nos cellules, elles ne sont pas reconnues car ces molécules associées artificiellement sont inexistantes dans la nature et dans notre mémoire cellulaire et créent in fine un stress cutané, immunitaire.

Ces réactions fortes s’observent beaucoup moins ou pas, avec des huiles essentielles authentiques…  J’ai eu plusieurs fois le cas de personnes qui étaient allergiques depuis des années à la sauge ou la lavande mais aussi au linalol des agrumes ou autres … et qui mettaient certains soins de haute qualité (mode de production artisanal, synergies judicieuses) que je proposais avec des parfums composés d’huiles essentielles pures et naturelles de lavande, de sauge, de citron, et aucune réaction n’apparaissait. Sans doute tout simplement parce que la peau les reconnaît, qu’elle peut en faire en bon usage pour s’équilibrer, et parce que les molécules sont de qualité et s’harmonisent entre elles : elles passent tranquillement la peau pour venir interagir de façon utile avec nos cellules. Peace and Love en somme !

Je mets à part 2 choses : (et j’en parlerai dans mon prochain article!)

– les réactions liées à l’acidose (très fréquente aussi) : Les huiles essentielles pures et naturelles mettront en lumière une peau qui est en acidose et en excès de toxines, la réaction cutanée sera alors une confirmation : les huiles essentielles ne seront pas la cause du problème, mais vont l’amplifier de façon désagréable. C’est le cas aussi avec des peaux très déshydratées.

– les réactions allergiques : même si nous sommes allergiques au bouleau ou autre, nous pouvons par ailleurs mettre sur sa peau, ou humer pleinement d’autres senteurs sans gêne particulière : la nature exalte des senteurs riches et variées qui interagissent avec nos cellules et nous font dire “j’aime ou j’aime pas” mais par forcément en provoquant une réaction physique violente, encore moins une réaction systématique à toute senteur ou parfum présents dans notre environnement. Etre allergique à tout parfum invite vraiment aller voir plus loin, cela ne peut pas être une fin en soi, le mal est ailleurs…

Un parfum incomparable

Les huiles essentielles, les macérats de pétales de fleurs, les teintures mères de plantes, les absolues, les concrètes, sont pour moi des cadeaux de la nature. C’est bien l’Homme qui a cherché comment révéler ces senteurs, comment les extraire, comment les alchimiser, la créativité oui ! mais la clé c’est de ne pas dénaturer les plantes, de les chauffer à très basse température si il faut les chauffer, les presser en douceur, les macérer longtemps dans de bonnes huiles et alcools végétaux. Cela change tout. Respecter la vie, la nature, cela change tout !

Ce respect nous ouvre les portes de vraies émotions, les huiles essentielles pures et naturelles ont une âme et parle à la nôtre. Un parfum est un concentré de la plante, il porte toute la puissance  de la vie sur Terre, de ce tout ce que nous ne connaissons pas encore. Un parfum nous ouvre une certaine conscience de la beauté de la nature, de sa subtilité, et de ce qui nous relie très fort à elle : la vie, ce fil fragile et bouleversant. Et je ne vous parle pas des chouettes effets concrets également sur la peau, de ces parfums de nature …

Notre goût pour tel ou tel parfum nous parle de nous, de nos trésors intérieurs comme de nos peurs : le parfum est un allié pour se connaître, se reconnaître, dire qui nous sommes, qui nous voulons être dans ce monde. Les parfums naturels éveillent et équilibrent nos émotions, distillent de la vie, de l’énergie là où ils se passent, là où ils se vaporisent…

Les parfums suaves réveillent notre sensualité, notre rayonnement naturel.
Les parfums acidulés nous encouragent à passer à l’action, à écouter notre envie de concrétiser nos rêves.
Les parfums fleuris nous rappellent le pouvoir de l’amour, de la beauté pour vivre la vie au présent et intensément.
Les parfums boisés inspirent d’écouter notre intuition, de découvrir qui nous sommes vraiment et d’ETRE qui nous sommes vraiment.

Cela ne s’explique pas tellement, cela se vit.

Exemple :

Impact émotionnel des senteurs naturelles, extrait du magazine Emotion spa (novembre 2014)

“La cannelle développe la créativité”- Brume micellaire, crème d’amour, émulsion caressante corps – Heuliad
“La menthe éveille les sensations” – Futur sérum facétieux – Heuliad
“L’orange amère atténue la mélancolie, calme les nerfs” – Futur sérum facétieux – Heuliad
“Le patchouli donne du courage,  du tonus et de la joie”  – Sérum de sérénité – Heuliad
“L’Ylang-ylang lutte contre la tristesse et la morosité”  – Crème talentueuse – Heuliad

Conclusion

Pour toutes ces raisons, je n’ai pas peur des parfums, j’accepte l’idée que certains ne me plaisent pas ou ne plaisent pas à d’autres. Je peux accepter aussi que mon corps fasse une réaction épidermique, et je me demanderais alors à quel évènement ou émotion j’ai associé ce parfum pour faire une telle réaction.

Je préfère prendre soin de moi avec des cosmétiques vivants, qui m’inspirent, qui suscitent des plaisirs sensoriels, qui m’accompagnent selon l’humour du jour.
Je préfère la vie, avec toutes les surprises qu’elle sait créer, une véritable carte aux trésors ….
Je préfère sans hésiter la nature avec tous ses talents, ses intensités comme ses subtilités, la nature qui nous bouscule et nous inspire tant !

Je milite pour que ces parfums naturels conçus avec amour par des passionnés de la Terre et des plantes, perdurent et durent encore longtemps.

 

Senteur naturelle agrumes

Ylang-Ylang flowers.

cannelle - cosmétiques Heuliad

Geranium oil - skincare Heuliad

Huiles essentielles - Heuliad

Crédits photos : fotolia

Sur le vif …

Je reviens tout juste du laboratoire qui m’accompagne dans la conception et la fabrication des futurs produits Heuliad et je trouvais sympathique de vous montrer quelques bribes des cogitations en cours…

Le sujet du jour

Quelle teinte pour la BB cream Heuliad ?

Mon côté balance s’est fortement exprimé aujourd’hui, j’ai balancé… : que c’était dur de choisir !

Finalement j’ai choisi 2 teintes au lieu d’une prévue… oui, je sais, j’ai triché un peu, j’ai négocié avec moi-même !  J’ai réussi à choisir 2 teintes parmi les 10 proposées et je remercie au passage chaleureusement celles (et ceux!) au laboratoire qui ont donné de leur personne pour faire triompher la teinte la plus naturelle … J’ai testé in vivo sur des bretons, dont certains d’adoption viennent de pays ensoleillés, ouf !

Je fais exprès de vous montrer les photos – photos des flacons bien sûr ! je garde pour moi celles des beaux laboratins ! sauf si vous insistez vraiment beaucoup – car je pense que cela doit vous faire un peu peur… Quoi ? rose bonbon, orange et macramé, super les couleurs !  ce sera carnaval tous les jours…

En fait toute la subtilité de la BB cream en général, et celle de Heuliad aussi, sera de se fondre à votre peau, donc une fois ces teintes sur votre peau, c’est assez magique : la teinte abricot donnera un teint plein de peps, tout en unifiant la peau. Alors que la teinte Miel sera ensoleillée pour les jours de peau pâlichonne, avec une action matifiante. Beaucoup de carnations pourront épouser ces 2 BB cream, mais là il ne faut pas me croire, il faudra l’essayer…

Le laboratoire va me préparer les 2 teintes finales d’ici quelques jours et vous pourrez constater par vous-même lors de nos petits essais entre amies en tout premier lieu… La BB cream c’est très naturel, rafraîchissant pour le teint, et embelliseur en toute légèreté !

Je vous laisse languir un peu… mais je vous dis quand même qu’il y aura aussi 2 textures différentes, avec le point commun d’être formulées avec un actif inédit à ce jour dans les soins de la peau : des céramides de blé, c’est un brevet du laboratoire, cela donne une texture merveilleuse de 2 microns, alors que les pores de la peau font 10 microns en moyenne : une pénétration et une douceur réelles et ressenties, et tout cela en 100% d’origine naturelle : pour Heuliad c’est une innovation riche de sens (et d’efficacité !)

Autre sujet : les Parfums…

Nous avons aussi commencer les synergies d’huiles essentielles pour mettre la touche finale aux textures de rêves…

Il y a peu j’ai fait appel à un nez pour cogiter des parfums uniques, mais j’ai connu une certaine déception. Cette déception est liée au fait que pour parfumer une crème en l’occurrence, il y  a différents choix :

  • Ne rien mettre, et nous découvrons alors l’odeur des ingrédients bruts, 100% naturels dans mes produits, mais cela donne une senteur finale assez “technique”. Contrairement à ce que l’on peut peut-être croire, les extraits de plantes ne sentent pas la plante en question… donc au mieux, cela sent un peu comme des médicaments…
  • Mettre des parfums, et ici l’idée c’était d’utiliser des parfums exclusivement naturels. Sauf que pour obtenir par exemple une odeur de “bruyère et  pin de bord de mer’, il s’agit d’associer 20 ou 30 molécules, qui sont par exemple des “bouts” d’huiles essentielles, les “isolats” de leur petit nom.

Lors de la distillation des plantes, la méthode traditionnelle c’est de chauffer les feuilles ou racines d’une plante et la vapeur d’eau passe dans un serpentin, et cela permet d’extraire les molécules aromatiques qui sont récoltés à l’autre bout de l’alambic, dans un récipient qui reçoit de l’eau qui s’est refroidie (l’hydrolat) et on verra une couche fine en surface : c’est l’huile essentielle, entière ( environ 400 molécules la composent).

Pour obtenir les isolats, la distillation est fractionnée, l’alambic a plusieurs serpentins : les molécules légères, plus en hauteur sont récupérées d’un côté, les molécules plus lourdes de l’autre… il y a plusieurs niveaux etc… Ainsi en mariant ensuite ces bouts avec d’autres bouts d’autres plantes grâce à  un nez professionnel, le résultat olfactif aura un rendu proche de la “bruyère, pin de bord de mer”.

 

698px-Alambic_bussard

 

Paradoxalement…

Si nous restons sur un choix d’isolats naturels ou d’extraits de plantes naturellement parfumés, le choix des combinaisons possibles est assez faible et les essais que j’ai senti font clairement penser à des produits d’entretien de supermarché… dommage…

Il faudrait en fait avoir recours à des isolats de synthèse, dont le choix est immense, pour se rapprocher in fine de parfums qui seraient perçus comme naturels. C’est ce que font les grandes marques, ce budget parfum est plus cher, synthétique, mais il donne toute la subtilité des parfums chics à côté des parfums bas de gamme…

C’est fou non ? Il faudrait du synthétique pour faire naturel, là où le naturel fait parfum synthétique bas de gamme.

Mon choix

La solution ultime pour agrémenter des soins de beauté : les huiles essentielles pures et naturelles, entières, distillées de façon traditionnelle, non coupées, ni diluées. Leur avantage majeur c’est d’avoir une odeur naturelle en elle-même, ET d’offrir une action majeure sur la peau : purifier, régénérer… ce sont des superbes actifs à elles seules.

Autre avantage : une huile essentielle bien distillée, issue d’une plante bio ou sauvage, aura une vitalité importante mais surtout ses 400 molécules s’équilibrent entre elles.

Si certaines molécules qui la composent sont efficaces mais irritantes, d’autres seront apaisantes, et le tout forme un équilibre qui réduit considérablement le risque d’allergie, tout en optimisant fortement l’assimilation par la peau. 

Mais surtout les huiles essentielles pures et naturelles sont actives sur notre équilibre émotionnel, et de cela je vous reparlerai bientôt : La nature c’est cela, une complexité subtile et merveilleuse !

NB : Dans les émulsions Heuliad (donc hormis la brume, et les baumes) se retrouve aussi sous l’appellation “parfum”, un conservateur naturel : ce conservateur est assimilé à un parfum puisqu’en fait c’est une fraction d’huiles essentielles naturelles. Les huiles essentielles ont également un fort pouvoir anti-bactérien naturel et en utilisant certaines fractions spécifiques, le but est exclusivement d’aider à conserver le produit.(Gros enjeu dans les soins 100% d’origine naturelle !..)

Je sais que c’est compliqué, la chimie même verte est en jeu… mais pour résumer : Chez Heuliad, ce qui dans la liste des ingrédients INCI sera nommé “parfum” se composera en fait d’huiles essentielles pures et naturelles pour leur rôle actif sur la peau, leur senteur, et leur influence émotionnelle. ET en complément, dans les crèmes, des fractions spécifiques d’huile essentielle pour compléter le système de conservation naturelle de la crème.

Le défi du moment

Les huiles essentielles ont des senteurs affirmées, très “médicinales”, peu sentent bons au sens “douceur et légèreté” : ce sont des concentrés. Alors le jeu actuel c’est de trouver des synergies qui sont agréables, tout en tenant compte de leurs actions sur la peau bien sûr, mais aussi de leurs approvisionnements (chaotiques selon les années !). Il s’agit de saisir le côté frais d’une huile et de le réchauffer avec un côté suave ou piquant d’une autre.

De ce côté là nous allons voyager un peu : ce sera le côté “ouvert sur le monde” des bretons qui va ici s’exprimer. La Terre a de beaux cadeaux ici et là… encore un peu de patience !

 

soins heuliad

 

 

soins heuliad bretagne

 

Petit jeu pour poursuivre l’aventure  :

 

Essayez de deviner ce que c’est :

 

exfoliant heuliad

 

Suite au prochain épisode…

Réponse : de la poudre de nacre d’huitre de guérande et de la poudre de pépins de framboise pour l’émulsion exfoliante de Heuliad…

 

Crédits photos : Buffard, Elise Le Pallabre

 

Rencontre avec Nicolas Jennings, créateur de parfums vivants !

Émerveillement

Au moment d’étoffer ma boutique en ligne avec des cosmétiques, parfums & savons porteurs de valeurs fortes, j’ai de suite rappelé Nicolas.

D’une part parce que c’est un homme des plus charmants et authentiques, mais aussi et surtout bien sûr parce qu’ il a une magnifique vision du parfum : De la parfumerie vivante, sensuelle, exaltante … 100 % d’origine naturelle, certifiée BIO par Ecocert. Du pur bonheur à s’offrir, à sentir, à humer avec délectation !

J’ai travaillé avec lui il y a quelques années déjà quand j’avais mon spa,  je continue à mettre ses parfums aujourd’hui, je l’adôôre, et je suis très enthousiaste à l’idée de vous présenter ses créations… Il a un talent majeur !

Je lui ai posé des questions afin de partager avec vous les coulisses de ses parfums d’exception.

Nicolas Jennings, créateur des parfums SHARINI est anglais, et vit aujourd’hui  à St Guilhem le désert dans l’Hérault. Je ne peux pas vous faire perçevoir le charme de son accent anglais à l’écrit mais à la fin de ce billet, je vous ai ajouté une vidéo pour le plaisir ! et des photos aussi …

Je n’ai pas encore eu le plaisir de le rencontrer en vrai !  simplement des années d’échanges téléphoniques, c’est fou ! comme si l’autre bout de la France était à l’autre bout de la terre … C’est au programme de 2013, impérativement !!

Cher Nicolas, Comment est née votre envie de créer des parfums vivants ?

J’ai découvert le plaisir olfactif très jeune. Je suis pour moitié écossais et mes vacances à la campagne était marquées par les parfums de la bruyère et des mousses (lichens) qui donne une signature parfumée à ce pays magnifique.

Le chemin pour devenir parfumeur a commencé par l’aromathérapie et l’utilisation des huiles essentielles au quotidien. Un jour, j’ai créé un parfum à base d’huiles essentielles pour une amie et un parfumeur professionnel anglais a, par chance, senti ma création et m’a encouragé à étudier la parfumerie pour en faire mon métier.

Après ces études (bac +5) j’ai voyagé et rencontré des parfumeurs et distillateurs dans le monde entier. J’étais très intéressé par les techniques anciennes qui sont presque perdues en parfumerie industrielle. Finalement je suis venu en France en 2001 ou j’ai découvert la lavande fine (dans une ferme en biodynamie dans la drôme – le pré st jean) et ma vision de faire revivre la tradition de la parfumerie naturelle est née!

Quel message adressez-vous au monde à travers vos créations ?

Mes créations olfactives sont beaucoup plus intimes qu’un parfum industriel à base de produits chimiques. Les parfums de synthèse créent un mur parfumé autour des personnes et on ne sent que ce parfum (même dans la rue) – On peut même disparaître derrière un parfum que ne vient pas de la nature.

Mes parfums contiennent exclusivement des extraits de fleurs et de plantes, macérés pendant 8 mois.
Mon message est simple : il consiste à faire prendre conscience de ce que l’on porte sur nous mais surtout, qu’un parfum vivant n’est pas un choix intellectuel !

“Laissez vos émotions vous guider pour que votre peau sente bon !”

( Elise : tiens ! lui aussi préfère choisir ses soins autrement qu’avec le cerveau gauche !..)

Quelle est votre plante et senteur préférées ? Qu’évoquent t-elles pour vous ?

Ca change tous les jours ! – en ce moment je suis en train de sentir différents types de bois de santal et je suis sous le charme d’une variété de nouvelle calédonie (santalum austrocaledonicum – “un merveille! *”). 
* Parenthèse d’Elise : “Un merveille” à l’anglaise ! je n’ai pas eu le coeur de corriger…

J’ai aussi eu un coup cœur pour les notes sensuelles et florales du chèvrefeuille sauvage qui pousse aux alentours de ma petite mazet dans la campagne – un vrai parfum de printemps.

Mais pour son coté intemporel, j’aime énormément la pureté de la fleur de lotus (dans ma composition lotus paradis) – simple, délicat et doux – THE parfum serein existe!

Un grand Merci Nicolas, pour cette interview qui sent bon et qui chante un peu aussi entre l’accent anglais et celui du midi…

 

 

A vous de faire l’expérience … Où vous mèneront vos émotions ?
et revenez le partager ici si le coeur vous en dit !

PS : Tous les parfums sharini sont réalisés dans un laboratoire conformément à la règlementation, ci-dessous vous allez découvrir des images de son savoir-faire, qu’il montre aux visiteurs de son atelier de recherches olfactives !

NB :  Une petite surprise auditive juste après les photos ci-dessous….

Découvrez les parfums de Nicolas Jennings

 

 

 

 

 



 

Découvrez les parfums de Nicolas Jennings

 

Crédits photos : N. Jennings, fotolia