Ce sont les actualités de Heuliad, ce qui se passe sur le moment présent !
Des nouveautés ou des évènements, des rebondissements…

Mon ingrédient bien-être préféré

DECOUVERTE DU BIEN-ETRE PAR HASARD

Mon pilote automatique s’est enclenché quand j’étais au collège. J’avais mis le cap sur le métier de professeur d’Histoire et j’ai suivi ma route quelques années.
Jusqu’au jour où j’ai reçu un massage des pieds !
Un coup de tonnerre dans mon ciel d’été d’étudiante, alors en partance pour un Deug d’histoire.

C’était quoi toutes ces sensations délicieuses qui m’ont soudain envahie ?
J’ai découvert un corps vivant ! Je ressentais des vibrations des pieds jusqu’à la tête et une chaleur intérieure, ni trop douce, ni trop forte. Pour la cérébrale que j’étais (je ne suis pas encore totalement guérie…), je tombais de ma chaise de sensations si magiques.
La première chose qui m’est venue une fois le moment de bonheur passé : il faut que tout le monde connaisse ça !

On appelait cela du « bien-être » à l’époque (en l’an 2000 !) . Le sens a un peu changé depuis, il est devenu beaucoup plus cérébral aussi,  mais à ce moment-là cela voulait dire…. « ressentir des sensations physiques si agréables de détente, de vivance, de douceur ».
Je voulais provoquer cela chez d’autres ! Une évidence.

Ce serait mon métier :  Le Massage, avec un grand M, tant cela me semblait une Mission de la plus haute importance.
Allez savoir ce qui se passerait si tout le monde était bien dans sa peau ?

Sous l’effet de cet élan de vie, de ce « hasard » qui a mis le massage sur ma route, j’ai changé de cap, clairement, passionnément. J’avais 20 ans.
J’ai découvert qu’en France en 2001 je n’aurais le droit de masser quelqu’un qu’en étant kiné ou esthéticienne.
Soit ! Je passerai mon CAP d’esthéticienne.  Le bien-être étant vraiment mon optique, pas le médical.

LA RECETTE DU BIEN-ETRE A CHANGE

Pourquoi je vous raconte cet épisode ?

Je me suis lancée à un moment où le besoin d’être à l’écoute de soi était à conquérir, où les femmes avaient à s’affimer avec toutes leurs facettes, à prendre soin d’elles pour honorer leur féminité. Le message était, » vous méritez des instants de douceur, de pause ». Pensez aussi à vous, offrez-vous du temps de qualité, des moments à vous, pour vivre mieux votre vie de femme. Vous n’êtes pas que des mères ou des épouses, vous êtes des femmes et c’est un concept à redéfinir à votre façon !

A l’institut (que j’avais vite créé après mon CAP, pressée de remplir ma mission !), j’adorais voir par exemple des hommes arriver pour offrir des soins BIO à leur femme. Ils voulaient vraiment qu’elle soit chouchoutée, ils choisissaient le soin le plus cher de la carte pour être sûr qu’elle serait bien, qu’elle recevrait le meilleur, c’était vraiment touchant. Tout était réuni pour vivre un moment inoubliable. Il y avait aussi une certaine insouciance qui ajoutait à la magie, le monde du bien-être est assez inconnu pour beaucoup.

Ce métier d’insuffler du bien-être est toujours le mien aujourd’hui, presque 18 après. Depuis que je ne fais plus de massages (pour l’instant…), il se joue à travers des soins cosmétiques avec la même intensité qu’à mes débuts. J’explore comment réveiller le corps et ce qu’il a à nous dire sur notre vie. La cosmétique peut être beaucoup moins cosmétique qu’elle n’y paraît, je l’ai découvert au gré de mes recherches, le massage était une corde à mon arc (de cupidon!) , la cosmétique naturelle en est devenue une autre.

Aujourd’hui c’est quand même un contexte un peu différent.
Nous sommes passés à une certaine injonction de bien-être.

Certains diraient que maintenant les femmes n’ont plus d’excuses pour ne pas être au top : avec tous les conseils de développement personnel en accès libre partout, les cours de yoga en bas de chez soi ou au coin de la rue, la méditation ou le running comme habitude à prendre pour témoigner de sa bonne foi à vouloir aller bien. J’oubliais les bains à bulle qui ont proliféré dans toutes les bonnes piscines qui se respectent. Puisque le bien-être est devenu accessible à toutes, normal, il faut être bien !

Il faut être bien ! parce que les femmes bien dans leur peau, doivent à présent réaliser des projets de vie forts (sous-entendu : sinon on a raté sa vie) : changer de job, changer de vie, faire le tour du monde, prendre un congé parental tout en créant leur startup sociale, solidaire et écologique, apprendre à tout faire par elle-même (DIY) pour sauver la planète. Sans oublier de devenir végétarienne à défaut de devenir chef de cuisine veggie dans un foodtruck, adepte des courses à la ferme pendant que le potager en permaculture est en cours de conception,  tout en passant un master en 0 déchets, doublé d’une thèse en  éducation positive et bienveillance pour ses enfants : c’est essentiel pour se donner un avenir. Aujourd’hui on est conscient ou on ne l’est pas (encore). La conscience est the place to be et doit se nicher dans tout ce que nous devons faire.

Etre bien dans notre peau, sous-entendrait que nous avons l’énergie de changer le monde, nous devons donc le faire, n’est-ce pas ?
C’est urgent, c’est pressé, tous nos talents doivent servir, il faut les trouver coûte que coûte, où nous disparaitrons de la surface de la terre, tous victimes de notre égoïsme, de notre laxisme, de notre volonté en berne, de notre incorrigible côté débonnaire, so french ?

Comment ne pas se sentir de mieux en mieux avec de tels défis sur le feu ?

 

CHACUN SA FACON DE SE SAUVER

Entre-temps, j’ai compris  que je n’avais pas de Mission … l’humilité a bien voulu passer par chez moi m’apprendre deux ou trois choses sur la vie.
J’ai simplement une vraie motivation à créer un contexte proprice au bien-être, à inviter l’émotion dans nos vies.
L’expérience aidant, j’ai exploré diverses manières d’y arriver.
J’ai dû me résoudre à constater que c’est un sujet hautement complexe : j’ai régulièrement l’impression que l’accès à ce bien-être a sacrément perdu de sa simplicité pour beaucoup d’entre nous. Un simple massage ne suffit pas (même si il y contribue…)  Parfois, c’est comme l’horizon, plus on veut s’approcher du bien-être, plus il s’éloigne !

Est-ce que l’injonction de bien-être individuel doublée d’un défi écologique majeur pour l’humanité, n’ont pas donné naissance à une psycho-rigidité collective majeure ?

Pour soi on voudrait plus de bien-être, plus de bonheur, de lâcher prise, de rêves à réaliser. Mais l’insatisfaction est immense parce plus on se met la pression, moins on y arrive et plus on focalise ses nos échecs. La culpabilité est insidieusement partout parce qu’en parallèle le monde va mal et qu’on ne peut plus faire comme si cela n’existait pas. On voit les enfants mourrir de faim ici et là, les migrants mourir en mer, les guerres s’enkyster, le travail rimer avec burn-out ou chômage de masse, la rentabilité envahir toutes les lèvres, les terroristes gagner en violence et les hauts dirigeants perdre en crédibilité.

On peut réagir en occultant l’urgence collective : « profitons tant qu’il est encore temps ». Comme la Chine et les USA polluent toujours autant, à quoi bon ? Déjà ce n’est pas mal, on a arrêté de prendre des bains, on coupe l’eau pendant le brossage des dents. Bon si vous insistez on passera au coton-tige en bambou, ça pollue moins l’océan, c’est plus raisonnable c’est vrai. Pour le reste on ne change rien (tant que ce n’est pas obligatoire).

Ou on peut se consacrer à la Terre, en adoptant un rythme de vie décroissant, sobre, vegan, auto-suffisant, au prix d’une rigueur intense pour faire une désintoxication de la société de consommation et d’un vrai défi à vivre avec ceux qui ne sont pas assez engagés dans ce processus, qui ne veulent pas comprendre ou se remettre en question.

Il est possible aussi de se focaliser sur des concepts de bonheur et de devenir des étudiants à vie, pour apprendre indéfiniment techniques et thérapies qui combleraient le fameux manque qui nous empêche de commencer à vivre.

Il y aussi le renouveau du collaboratif qui naît de ce monde en feu :  inventer et tenter de multiples starts up pour nettoyer la mer, réinventer le quotidien, faciliter tout et son contraire, échanger, recycler, optimiser. Notre fameuse intelligence va bien réussir à trouver les solutions rationnelles pour nous sortir de ce pétrin écologique.

Chacun espère et rêve que ce soit le bon choix et que que cela devienne évident pour tout le monde, très rapidement #pourTRUMPaussi.

 

EXPERTS EN BIEN-ETRE

Celle qui a pris le pouvoir dans cette nouvelle donne c’est la critique. Puisque chacun doit se responsabiliser, chacun se débrouille, cherche, creuse, balaye l’information : chacun est devenu expert dans tous les domaines, ce qui est plutôt une démarche positive. Seulement cela se double assez facilement de « je juge à la hâche tout ce que font les autres, surtout si je n’ai pas encore décidé de ce que j’allais faire moi ».
Alexandre Jardin identifie de son côté, « les diseux » versus « les faiseux » et il paraît qu’un camp est plus peuplé que l’autre pour l’instant…

Internet a aussi ouvert une voie royale aux avis spontanés, percutants, railleurs. A présent, dans les commerces, entre usagers de la route, à l’école, dans les entreprises ou les associations, chacun sait ce qu’il faudrait faire, juge celui qui pourrait/devrait vraiment mieux faire, celui qui n’a rien compris, qui n’est pas assez engagé, dynamique ou compétent.
Cela hurle facilement, se fache encore plus aisément. Le temps se passe (si vite) à commenter, à réagir, à s’agacer.

La fameuse injonction à être parfait, en pleine forme et ultra-performant pour changer le monde, nous met face à une réalité bien loin du rêve.

Est-ce que les gens râlent aussi après les autres pour oublier qu’ils s’en veulent d’abord à eux-mêmes de ne pas réussir à être assez vertueux au quotidien. C’est l’histoire de la paille que l’on voit dans l’oeil du voisin, pour ne pas voir la poudre dans le sien …

Est-ce la culpabilité qui nous ronge  autant ?
L’imperfection est-t-elle devenue tellement intolérable ?
Le sentiment d’échec à être heureux ou à sauver la planète, si insupportable…

Je me demande si les gens sont plus heureux  ainsi ?
Je me demande si nous sommes efficaces écologiquement de cette façon ?
Le doute est permis n’est-ce-pas ?

 

CE N’EST PLUS LA MODE DE RÊVER, MAIS

De mon côté, je me pose comme beaucoup de gens, beaucoup de questions..
C’est devenu illisible de parler de bien-être et ce n’est plus la mode de faire confiance aux professionnels du secteur.
Le bien-être est passé de rare à dévoyé.

Que devient mon métier, celui d’apporter du soin, du vivant, celui de viser le bien-être simple et originel ?

Le vivant,
je le vois plus que jamais dans 2 choses principales (mais ne me croyez pas sur parole) : l’amour et la surprise.

Comment concilier ce besoin légitime d’être bien, de vivre pleinement sa vie, de vivre à sa façon, tout en étant acteurs des enjeux environnements et conscients de l’urgence vitale pour nous tous ?

Le choix est déjà fait vous me direz, nous sommes si peu de choses. Ce n’est pas la Terre qui a besoin de nous. Nous devrions nous ressaisir et agir haut et fort, quitte à nous oublier, au profit de la grande cause de la survie de l’humanité !
Mais nous n’arrivons pas le faire en vrai, pourquoi ?

 

SI NOUS NOUS REMETTIONS A REVER

Nous savons aujourd’hui que la peur génère plus de peur, l’agressivité produit plus d’agressivité, le stress tellement plus de stress ! le perfectionnisme, toujours plus d’insatisfaction, le sentiment de culpabilité n’échappe pas à cette spirale négative.

Nous connaissons à l’inverse un peu plus de physique quantique, de lois universelles qui nous racontent que : nous sommes créateurs de nos vies, nous sommes reliés au tout et une force surpasse toutes les autres pour harmoniser : celle de l’Amour.

En somme, notre capacité d’action la plus efficiente, celle qui réunit les enjeux contraires, qui fait que si nous sommes bien la terre ira mieux,  qui permet tous les possibles pour changer ce qui semble désespéré, c’est l’Amour.

Quand il s’agit de changer le monde, l’amour est ce que nous oublions le plus vite et pourtant c’est ce qui serait le plus efficace.
C’est bisounours, béta, hors sujet, si vous vous voulez …

Réfléchissez à ce qui vous a fait le plus changer dans votre vie ?
Remettez-vous dans le contexte d’un moment fort en amour, est-ce que cela vous donne des envies de destruction ou des élans de vie ?

Nous sommes très imparfaits aujourd’hui (et pour longtemps!), nous sommes impuissants pour changer les autres malgré tout ce qu’on tente !
Sauf quand on s’occupe de son bien-être, sauf quand on s’occupe d’amour, sauf quand on fait les choses avec amour, qu’on regarde ce que les autres font de bien.

Tout ce qui est fait avec amour peut changer la donne, créer la (bonne) surprise.
La vie a bien plus d’imagination que nous ! (dixit F. TRUFFAUT)

 

Nous avons juste à mieux (nous) aimer.
Concrètement aimer c’est quoi ?
Aimer c’est ressentir l’Amour
Comment ressentir alors ?

Pour ressentir l’Amour, l’Ame doit être heureuse.
Qu’est ce que l’Âme aime ?
Elle aime la surprise pour sursauter de joie,
Elle aime essayer des choses nouvelles pour toucher du doigt l’infini,
Elle aime l’imprévu pour profiter du moment présent,
Elle aime la rencontre avec l’âme des autres, pour vivre une émotion qui n’arrive que quand la sincérité et la confiance sont là,
Elle aime ce qui est Beau et sincère.
Elle fait ces expériences grâce au corps…

Plus on est méfiant, critique, pétris de peur, plus on créé les expériences qui confirment ce que nous pensons : « le monde est pourri, on ne peut plus compter sur personne, tout le monde veut gagner du fric, la qualité n’existe plus, chacun pour soi, on va tous mourir dans d’atroces souffrances, la terre est polluée pour toujours « …

La surprise n’est plus la bienvenue, elle rime presque forcément avec « mauvaise surprise » d’office, c’est pourtant la messagère de l’amour. Elle vient en éclaireur, elle ouvre le chemin !
Si on la refuse, on refuse aussi les expériences qui nous bouleverseront, qui nous toucheront tellement, qui nous changeront profondément.

 

COSMETIQUE ET BIEN-ETRE ?

Dans le milieu de la cosmétique, dans le microcosme BIO notamment, se jouent justement tous ces jeux.

Les femmes avaient envie de prendre soin d’elles, elles ont fait confiance aux marques conventionnelles, aux nouveautés prometteuses. Elles ont déchanté en découvrant les dessous de la beauté, les ingrédients douteux et se méfient tellement aujourd’hui de tout. Les messages moins classiques ne passent plus, les attentes sont immenses, les exigences bien plus encore. Les peurs, les idées reçues et les croyances ont envahi l’espace (j’en parlerai dans un article à venir), les critiques sont médiatisées, acerbes et rédhibitoires, sans droit de réponse.
La méfiance est omniprésente. Les mauvaises expériences cosmétiques, les réactions, les allergies sont à l’image de ce contexte ultra-réactif, tellement déçu.

Je le vois évoluer ce marché et même si mon marché de niche est un peu préservé, la cosmétique comme voie de choix pour mener au bien-être a perdu de sa superbe.

Je remarque que toute cette méfiance amène principalement plus de lois et règlements pour mieux protéger en théorie, mais en pratique, cela renforce aussi la standardisation, l’appauvrissement des démarches pour lisser vers le bas les exigences et rester dans ce qui est connu.

Cette méfiance ferme la porte à une vraie expérience de bien-être.

Si par exemple la médiatisation des peurs autour des huiles essentielles prend une ampleur encore plus grande, cela mènera à se priver d’huiles essentielles de haute qualité et écologiques, d’une médecine douce et de ressources efficaces pour la peau, tant la règlementation et l’ignorance deviennent sans le vouloir (?) hostiles à tout produit vivant, actif, correctif.

Nous voulons plus que jamais faire triompher la nature, mais en parallèle nous sommes paralysées par le risque à reprendre contact avec la nature, tellement nous vivons hors-sol aujourd’hui. Le retour à la nature se double d’une part d’imprévu, d’intensité, et c’est bien ce qui fera toute la beauté de l’expérience.

La cosmétique peut-elle être une voie vers le bien-être et la connaissance de soi ?

 

LE CORPS, UN MESSAGE SURPRENANT

Dans ces moments où je me sens un peu à contre-courant je me rappelle ce qui m’a amené là aujourd’hui.
Ces moments de bien-être où mon corps parlait, où le corps ne triche pas sa joie. Ces moments où je n’avais rien prévu, où mon mental ne sachant rien, n’avait rien anticipé !

Je ne me sens pas tellement proche de la cosmétique telle qu’elle se présente depuis longtemps (une cosmétique très rationnelle, très prudente, très anxiogène), c’est bien pour cela que j’ai créé mes soins.

J’ai l’impression d’être toujours dans le massage avec mes soins Heuliad.
J’ai peut-être un peu dévié, je serais maintenant dans le message.

Je sens et je diffuse dans mes crèmes ce que je comprends de l’amour et de la beauté, afin de réveiller comme par magie ce qui a besoin de l’être. C’est impalpable, imprévisible, subtil, passionnel. Impossible à expliquer, à objectiver, à argumenter. Je crois bien que j’invente des émulsions à vivre.

J’imagine des soins sensoriels, qui sortent des sentiers battus pour qui se laisserait embarquer.  Ce n’est pas la crème qui m’intéresse, c’est vous. Comment laissez-vous la vie vous surprendre ? Où l’amour vous emmènera ? Comment la force de la nature vous touchera ?
Je vous parle à travers mes crèmes, je vous emmène ailleurs et patience….vivons le moment.
Je reste là pour voir ensuite ce que ce voyage vous apprend.

Je créé des soins qui parlent de vie, de féminin, de surprise,
là où l’amour se permet tout.
Le meilleur si vous acceptez d’explorer ces émulsions, avec amour,
en acceptant d’office mon ingrédient préféré…la surprise.

Ma recette n’est sans doute plus à la mode : ce serait plus rassurant si l’expérience cosmétique de mes ingrédients 100 % naturels était prévisibile, aseptisé, calibré, pour un type de peau bien précis. Je suis très vigilante sur la sécurité des produits, la biodiversité et l’impact écologique, mais ensuite, toute cette sécurité, c’est pour gagner en légèreté, pour laisser le vivant s’exprimer et évoluer.

Heuliad a encore beaucoup à faire pour s’adapter et relever les défis à venir, mais en attendant, le fil d’ariane à garder bien en main c’est de rester attentive à l’amour, à la bienveillance et à faire de son mieux pour croire en la vie.

AIDER LA SURPRISE A SE FAIRE UNE PLACE

Je vais à présent proposer des accompagnements personnalisés pour faire l’expérience Heuliad ensemble : vous tentez les soins et je suis avec vous pour décrypter le message…. ce que vous avez à apprendre de vous, ce qui vous aidera à libérer plus d’amour encore.

Pour faire un vrai retour à la nature, pour se sentir vivant,
il y a quelques astuces et embûches à alchimiser pour vivre moins le côté décevant et plus le côté exaltant !

Si vous avez envie de tenter l’aventure, d’écrire une page de plus vers la connaissance de vos plus belles ressources personnelles…
Je suis au bout de l’écran pour échanger ensemble sur une formule d’accompagnement sur mesure.
CONTACTER ELISE

En attendant, dites-moi ce que vous inspire cet article du jour ?
Au plaisir d’être surprise…

 

Découvrir mes soins HEULIAD ?

 

 

 

La talent est à portée de main…

LE TALENT CONCERNE TOUT LE MONDE, A TOUT MOMENT

Ce n’est pas moi qui vais écrire aujourd’hui, je voulais vous emmener voir d’un article découvert sur Vanity fair.
Cet article racontre la vie étonnante et simple à la fois, de Vivian Maier.
Son talent immense de photographe a été découvert post-mortem, il y a peu, en 2009…

Elle a exercé son art tout simplement tout au long de sa vie, elle faisait ce qu’elle aimait le plus faire.
Nul ne la voyait sans son appareil photo vissé au cou et elle n’attendait rien de cela. Elle n’a pas pu voir tous les clichés qu’elle faisait faute de moyens pour développer les pellicules.
Elle avait bien un peu conscience de ne pas être mauvaise, et c’est tout. La photographie n’était pas son métier, elle était nounou.

Sa vie s’est déroulée ainsi, laissant finalement derrière elle des photographies d’une époque révolue, qui se sont révélées sublimes.
Elle est aujourd’hui une artiste plus que reconnue, icônique… immortelle. On dit d’elle que c’est un génie.

 

Vivian Maier / Découvrez ses photos : Le site de Vivian Maier

 

LE PORTRAIT DE VIVIAN MAIER

Découvrez son histoire dans Vanity fair, lire la suite.

 

 

Un parcours qui vous donnera peut-être envie de faire plus encore ce qui vous plaît, quoiqu’il advienne.
Tout ce qui est fait avec amour et plaisir est une graine magique pour le futur, dont on ne sait rien aujourd’hui. Seule compte la conviction profonde que la beauté ne meurt jamais.
Belle vie ici et maitenant à vous !

Crédit photo : fotolia, vivian maier (via John Maloof)

 

 

Rencontre avec la Rose de Bretagne

UNE ROSERAIE EN FINISTERE

Je mets des majuscules à Rose de Bretagne, car c’est tellement précieux à mes yeux…

La famille d’Alexandra Merer est passionnée par les roses. Ils ont planté avec soin 400 plants de rose au coeur du finistère à Berrien, entre Morlaix et à Carhaix, là où ils vivent.
Plusieurs variétés ont été choisies, pour leurs couleurs et surtout leurs effleuves inoubliables : Rosa damascena, Me Hardy, La Rose de Rescht et tant d’autres.

Alexandra est une femme hors du commun, qui suit ses aspirations profondes : elle est passée par l’architecture, l’art et se consacre de plus en plus à la distillation de ses roses et à l’accompagnement des entrepreneurs (sensitive attitude) pour alchimiser notre sensibilité en singularité et énergie !

Je vous présente Alexandra Merer !

UNE EAU DE ROSE D’EXCEPTION

L’arrivée du printemps, des beaux jours, des fleurs ici et là m’ont donnée envie de célébrer plus que jamais les trésors de la nature.

Ma fille, Diane est émerveillée par les fleurs, elle me prépare des jolis bouquets, elle aime surtout les présenter dans de petites coupelles multicolores, elle a hérité de sa grand-mère paternelle d’une jolie main verte.

A 7 ans, elle n’oublie pas en rentrant de l’école de regarder où en sont ses petites plantations de persil, de radis, de fraises, elle arrose (un peu trop parfois! ), elle découvre l’appétit des merles pour SES fraises, elle court ici et là dans le jardin, pour ramasser les escargots, chatouiller les grillons.

J’aimerais lui montrer en vrai cette belle roseraie en Finistère. Elles ne sont en fleurs que pendant 2 à 3 semaines, c’est tout l’enjeu…

 

pissenlit heuliad

LE CADEAU DE JUIN

En attendant d’être éblouis par cette collection de pétales vivants, je suis heureuse de vous faire profiter d’une offre rare : cette roseraie bretonne n’offre qu’une édition limitée d’eau de rose vous l’imaginez…

J’ai quelques flacons pour vous, précieux : des symbôles d’une Bretagne atypique, naturelle et à la personnalité inoubliable, tout ce qui me touche à travers HEULIAD !

En juin, je vous offre 1 flacon de cette eau de rose bretonne ô au coeur des sens, pour l’achat de 3 soins Heuliad sur la boutique Heuliad.bzh

*dans la limite des stocks disponibles

Je serais heureuse de vous faire découvrir cette eau de rose d’exception, distillée avec amour, avec toute l’énergie et le coeur de la Bretagne !
Merci infiniment Alexandra pour ce message fabuleux de féminité, d’engagement, d’écologie !

 

Retrouvez les soins HEULIAD sur la boutique

 

En ce moment, Alexandra organise un financement participatif pour s’offrir un alambic, vous pourrez l’aider à faire vivre ces roses le plus longtemps possible ! Je veux soutenir ce beau projet !

Crédits photos : Alexandra Merer, Fotolia, Elise LF

Expériences intérieures pour la peau !

LA FAMEUSE BEAUTE INTERIEURE

Elle se glisse dans beaucoup de conversations, surtout pour se moquer … comme pour se convaincre qu’à défaut de beauté physique évidente aux yeux de certains, il nous reste au moins notre beauté intérieure : si, si, elle est bien là quelque part !

J’ai écrit sur certains aspects plus « philosophiques » de la beauté intérieure dans ces différents articles :

Mais aujourd’hui je souhaitais partager avec vous des informations sur ce qui marche, selon mes expériences, pour embellir sa peau, prendre soin de sa beauté intérieure « biologiquement », de corps à corps, de cellules à cellules pour améliorer ses inconforts cutanés, et montrer au monde une peau plus saine, plus lumineuse.

Je vous parle de compléments alimentaires.

NOTA  BENE
Sachez que je n’ai aucun avantage à vous parler de ces compléments en particulier, de telle ou telle marque, c’est une démarche personnelle pour vous faire connaître des thérapies que j’ai testé. Je fais attention à choisir des compléments alimentaires de haute qualité, concentrés et sans produits douteux, et vu le choix pléthorique, je préfère vous donner clairement quelques noms de marques ou compositions sérieuses. Ces compléments me semblent contribuer à une peau en santé.

PRINTEMPS

Côté compléments alimentaires, on aime bien anticiper…. On a donc quelque peu 1 saison d’avance.

Au printemps, au delà de manger les légumes de saison (verts !), on commence les préparateurs solaires, dès le mois d’avril (et oui les vacances de pâques riment souvent avec premiers soleils, premiers COUPS de soleil !
Vous aiderez ainsi votre peau à mieux gérer les effets du soleil sur le vieillissement cutané, votre peau sera plus lumineuse, hâlée plus uniformément, moins sèche et protégée de l’oxydation (et les coups de soleil devraient vous éviter, si vous n’oubliez pas la crème solaire au moment de l’exposition…)

* PREPARATEUR SOLAIRE

LA MARQUE PHYTOCEUTIC (« Solaire BIO, Hâle naturel ») propose un complément alimentaire BIO, depuis 20 ans, à partir de l’algue dunalilla Saliva (riche en bétacarotène précurseur de vitamine A), de l’extrait de carotte, tomate (lycopène), raisins (riche en polyphénols et flavonoïdes antioxydants).

* LA CARNOSINE

Si vous êtes une fan de chocolat (comme moi !), mais du sucré en général… vos soucis de peau sont aussi liés à la glycation ! vous avez du caramel sous la peau, littéralement.
Sucre + oxydation par le soleil ou des déséquilibres alimentaires = caramel sous la peau.
Vos cellules ne communiquent que difficilement, vous imaginez bien. Les fibres d’élastine et de collagène cassent … Les taches brunes prolifèrent. La déshydration galope.

Parmi les SOS anti-glycation, il y a la CARNOSINE, un acide aminé naturel dont il faut prendre 1000 mg par jour pour traiter ces zones caramélisées.
Il faut en prendre très régulièrement ! Je connais la marque DYNVEO qui propose la carnosine seule, en gélules de 500 mg (donc prenez-en 2 par jour).
(La crème d’amour Heuliad est judicieuse pour agir sur les effets de la glycation en application externe)

* L’ALOE VERA

Une pulpe tellement riche pour hydrater les muqueuses, donc la peau ! L’aloe vera sera apaisante, hydratante, régénérante, elle prépare une jolie peau d’été, repulpée. Elle participe aussi à améliorer vos flores bactériennes (intérieure et extérieure) pour une peau moins sensible et irritée (boutons, rougeurs).
Je prends de mon côté l’aloe vera BIO de  la marque ENERGETICA NATURA pour sa composition exigeante : 99,7% de pulpe fraîche non chauffée, non irradiée. 20 ml tous les matins.

 

ETE

En été, profiter du soleil sans en subir les conséquences négatives c’est une mission d’équilibriste !

*VITAMINE C LIPOSOMALE

C’est judicieux de faire une cure de vitamine C liposomale pour ses effets protecteurs pour éviter l’oxydation des cellules, mais aussi pour son efficacité sur la synthèse de collagène : votre peau sera bien plus souple et repulpée : le teint plus lumineux aussi ! La version liposomale est très importante, c’est ce qui lui confère sa haute affinité avec nos membranes cellulaires.

Je préfère la présentation en gélules, j’ai testé la marque GOLDMAN LABORATORIES, 500 mg de vitamine C par gélules.
Petit rappel : aucun risque de ne pas dormir avec cette vitamine C naturelle.

*ACIDE HYALURONIQUE

La cure d’acide hyaluronique est à tenter aussi si votre peau est fine, fragile, se déshydrate vite, se plisse et se ride plus intensément ces derniers temps. En complément alimentaire, ses effets repulpants sont bien visibles, il met de la souplesse et améliore grandement l’hydratation cutanée. (Et c’est naturel malgré son nom compliqué.)
Celui que j’ai testé est fabriqué par la marque PLANTICINAL, 110 mg d’acide hyaluronique.

*GEMMOTHERAPIE

Si vous souffrez de jambes lourdes l’été, de couperose plus intense, que vous souhaitez veiller à garder un sang fluide, je vous conseille la gemmothérapie : des teintures mères de bourgeons de plantes circulatoires, de la marque ALPHAGEM par exemple avec leur complexe circulation « GEM CIRCU » ou « GEM VEN »

AUTOMNE

Dès la fin de l’été, l’enjeu c’est la santé de l’intestin ! Votre hiver en forme en dépend …

*DOUCHE RECTALE

Je ne peux que vous conseiller la Cure d’hygiène intestinale de XANTIS : des douches rectales !  c’est bizarre je sais mais c’est royalement efficace pour prévenir nombres de soucis de peau (et tellement d’autres choses), comme l’acné, les peaux sèches, atopiques….
La santé de la peau et celle de l’intestin sont intimement liées. Si votre intestin est libéré de déchets métaboliques stagnants, vous verrez du mieux sur le plan digestif, émotionnel, hormonal, cutané : sur votre forme tout entière.

Quand c’est la première fois, 1 mois de douches rectales est nécessaire mais ensuite 1 semaine suffit chaque année ! Commencez dès la fin Août !

*PRE et PROBIOTIQUES

L’autre essentiel de l’automne c’est la cure de pré et probiotiques, à partir de septembre idéalement.
Les prébiotiques sont les molécules dont se nourrissent vos bonnes bactéries (probiotiques), c’est à cette condition qu’elles se multiplient dans l’intestion.

La marque ACTIVA propose une formule complète à un tarif raisonnable (« Préprobio »)  : pré et probiotiques sont présents en quantité importante, plusieurs souches de probiotiques intéressantes pour la santé, et des gélules gastrorésistantes pour atteindre l’intestin facilement.
La cure de pré/probiotiques est à faire pendant minimum 1 mois mais je dirai jusqu’à 3 mois pour noter des changements, afin de se donner toutes les chances de passer un hiver sans trop de rhumes, grippes et autres faiblesses hivernales.

Cette cure joue aussi sur l’équilibre psychologique, j’ai remarqué nettement une meilleure humeur, une déprime moins facile malgré le gris du ciel (l’intestin est le 2ème cerveau, même plutôt le 1er cerveau selon certains… les neurones naissent dans l’intestin !).
Cela peut aussi aider à moins se consoler dans les nourritures sucrées, les appels de sucre sont moins impérieux.
L’équilibre de la flore intestinale est essentiel à tellement d’égards que c’est vraiment une expérience à faire selon moi.

HIVER

Ce sont les reins qui faiblissent souvent à cette saison. Et si ils faiblissent, l’hiver est bien rude avec sa peau qui tiraille, ses inflammations aux articulations, ses maladies virales, la dépression saisonnière en prime.

*INFUSIONS

Dès novembre, Les tisanes drainantes seront toujours un plus pour aider vos reins : ils ont besoin de chaleur et de plantes qui les stimulent (reine des prés, pissenlit par exemple…)
Les bouillottes chaudes sur les reins le soir seront intéressantes aussi !

*EAU DIALYTIQUE

Si vous ne connaissez pas l’eau dialytique, je vous invite à essayer : C’est de l’eau « optimisée » : Vous ajoutez 1 ampoule de cristaux spécifiques pendant 24h dans un verre d’eau que vous boirez à jeûn le matin : cette eau dont la structure moléculaire est légèrement différente a un potentiel hydratant et diluant très supérieur à l’eau normale.

Elle devient précieuse pour nettoyer le corps des cristaux et acides  accumulés via l’alimentation, et responsables de la peau sèche, irritée, inflammée, sans cesse déshydratée (l’eau agit dans le même temps sur les douleurs articulaires, la dissolution des calculs rénaux, l’arthrose et autres joies inflammatoires).

Une seule marque prépare cela selon un procédé breveté : le procédé SLACKSTONE II
Cette eau va hydrater tout votre corps, de l’intérieur, de façon intense et 100% naturelle, utilisable par tous sans restrictions.

Les cosmétiques freinent l’évaporation de l’eau par la peau, mais ils n’hydratent pas : seules des actions internes renouvellent et agissent sur notre hydratation corporelle. Nous sommes quand même constitués de 70% d’eau environ, la qualité de celle-ci et un apport quotidien de 1,5 litre sont vitaux.

*FOIE

En Janvier, Février, c’est le moment de nettoyer le foie, de drainer pour passer les beaux jours en beauté.
Détoxifier le foie permet notamment de mieux assimiler les nutriments que nous apportons au corps, l’eau y compris. Nombre de personnes prennent des Omega 3 (excellents!) et boivent beaucoup d’eau pour notamment le confort de leur peau (rides, nutrition, souplesse…), mais ne voient pas de réels changements : c’est en partie dû à une saturation du foie qui ne vous permet pas d’assimiler correctement ce que vous apportez au quotidien. Drainez le foie et donnez lui des nutriments, cela se passera beaucoup mieux.

Ce qui libère le foie et améliore la peau :

– La cure de SEVE DE BOULEAU est judicieuse pour détoxifier le corps et la peau !
– La cure de CITRON BIO dans de l’eau tiède le matin à Jeûn reste un must pour éclaircir le teint, limiter boutons et imperfections cutanées après les excès des fêtes.
– La SPIRULINE BIO riche en phycocianine (Laboratoire LT LABO, Spiruline Bio PHYCO +) pour ressourcer le foie, soutenir votre taux de fer, faire un bain de jouvence global !
– Le DESMODIUM BIO, une plante qui régénère le foie et détoxifie notamment quand vous êtes sous médicament par ailleurs pour d’autres pathologies.

Si votre foie est drainé avant l’arrivée du printemps, vous aurez plus d’énergie, moins d’éruptions cutanées, une meilleure résistance au soleil, et moins de soucis circulatoires aux beaux jours.

ET PLUS ENCORE…

A l’année ou en cure régulière, d’autres pratiques sont efficaces mais pas toujours simples à mettre en oeuvre au quotidien.

*LE BAIN DERIVATIF et le MIAM O FRUIT de France Guillain.

Ultra-économique, un must en santé naturelle, à faire tous les jours : le bain dérivatif est une façon de faire circuler les graisses fluides (brunes) partout dans le corps, afin d’optimiser nos ressources d’auto-régénération, se détoxifier et améliorer tout notre métabolisme : il s’agit de rafraîchir la zone du sexe via des poches de gel enveloppé dans un tissu 2 h / jour ou plus. Pourquoi donc me direz-vous ? France Guillain est passionnante pour vous expliquer pourquoi, c’est scientifiquement vérifié !
Le Miam O fruit est une recette équilibrée pour le petit déjeuner, afin de permettre au corps de renouveler ses graisses fluides et apporter tous les nutriments nécessaires au cerveau et au corps.
Visitez son site, tout y est.

Votre peau n’y verra que des avantages, vos rides seront plus timides…

A défaut de réussir à faire le bain dérivatif au quotidien, ne vous privez pas d’un drainage lymphatique et/ou de séances de fasciathérapie régulièrement dans l’année.

*LES JUS DE LEGUMES

Intéressants pour gorger votre corps de vitamines, minéraux et anti-oxydants. Si vous ne les faites pas vous même via un extracteur de jus (seule façon de ne pas dégrader la qualité nutritionnelle de vos légumes bio et frais), je connais 2 sociétés qui peuvent vous livrer des flacons de jus prêts à boire, aux recettes optimisées pour vous apporter une sacrée énergie en bouteille ! YUMI et ATELIER NUBIO.
Ces 2 marques produisent les jus à la demande et vous les envoient en 24/48h, ils garantissent fraîcheur et qualités préservées des jus, sans conservateurs… Cela permet de boire chaque jour l’équivalent des 5 fruits et légumes par jour.
A noter : Prenez et ou préparez des recettes avec 80% de légumes et max 20 % de fruits. A cause du sucre…. Les fibres n’étant plus dans le jus final, le sucre des fruits est un sucre rapide, point trop n’en faut.

 

Bien, je m’arrête là. Cette liste des compléments alimentaires judicieux n’est pas exaustive mais vous avez déjà de quoi faire de belles expérimentations, non ?
(Il y aussi le COENZYME Q10 qui me passe seulement maintenant par la tête…)
Faites vos expériences de votre côté et revenez me dire ce qui se passe pour vous ?

Que vos saisons soient exaltantes !

Crédits photo : fotolia.