Articles

La beauté, c’est les autres…

Je suis heureuse de répondre à l’invitation de Sybille Fernandez, pour une interview beauté !

Sybille est coach et accompagne les femmes à se réconcilier avec leur image, avec elle-même, notamment les femmes qui ont des kilos en trop et que ces kilos empêchent de se trouver belle, de s’aimer.

Elle m’a demandé d’en dire plus sur ma vision et mon expérience au jour le jour….

Quand on ne sait pas ou qu’on ne sait plus se trouver belle,
Quand on trouve toujours que les autres femmes sont très belles, et pas nous
Quand on a perdu de vue la richesse de notre personnalité, qu’on ne se résume qu’à un corps, qui ne nous plait pas en plus…
Comment faire la paix avec soi ?

Vous me suiviez sur le blog de Sybille pour la suite ? Interview !

Merci Sybille pour ce moment d’authenticité !

contours et kilos comment faire la paix avec soi

Crédit photo : Fotolia et Elise Le Frapper

Courage, fuyons la perfection.

Je peux vous le dire très tranquillement, d’autant plus tranquillement que je suis une perfectionniste en cure de désintox.

Courage, fuyons la perfection.

Je me suis construite avec l’idée que je devais faire mieux, encore mieux, toujours mieux, juste un petit effort encore … si, si tu y es presque. Et puis PAF, l’élastique est si tendu qu’il nous claque à la figure, et si près du but, voilà que de nouveaux défis, encore plus loin, encore plus fort nous guettent et nous happent, sans jamais en voir le bout.

Inutile de vous dire que c’est épuisant. Les perfectionnistes sont la cible de choix du burn-out, ils sont les équilibristes de l’épuisement, les énervés du travail, les exigeants de service, les empêcheurs de tourner en rond, ou pour les intimes : « les attachiants… »

Le perfectionnisme, c’est quoi ?
« Le perfectionnisme consiste à se comporter comme si la perfection pouvait et devait être atteinte » (wikipédia)

Plus j’ai couru après la perfection, plus j’ai fait des erreurs d’étourderie, plus j’avais un résultat à côté…
Plus j’ai pris soin de mon image, plus je me suis éloignée des canons de la beauté « moderne », notamment en accumulant des kilos.
Plus j’ai essayé de me dépasser, d’aller toujours plus loin, plus je me suis retrouvée bien isolée, bien seule. (c’est insupportable de vivre avec nous !)

Vouloir toujours autre chose que ce qui est, c’est une énergie de changement et de renouveau mais il s’agit d’apprendre à la doser. Vouloir toujours autre chose que ce qui est c’est aussi fuir le bonheur, c’est ne pas prêter attention à la magie du moment présent, c’est l’insatisfaction râleuse et frustrée.

Pour apprendre à doser cette énergie, notre intuition est notre alliée, ainsi qu’une bonne dose d’amour de soi… Notre corps, notre âme sait quand l’envie de changement est positif ou si il est une fuite. L’amour de soi c’est ce qui nous permet d’écouter notre corps, de ressentir le plaisir : c’est une sorte de téléphone magique qui établit la liaison entre nous et nous…. (notre tête et notre corps, via les sensations de plaisir, de bien-être…).

Aujourd’hui le coeur de mon métier c’est de faire l’expérience du vrai, de s’aimer pour de vrai, d’augmenter l’amour de soi, de prendre du plaisir à vivre. J’ai tenté et je tenterai beaucoup de thérapies pour me mieux me connaitre, la lucidité et le discernement sont un apprentissage quotidien … j’ai perçu clairement que le point de convergence de tout cela,  c’est toujours l’amour de soi (qui réunit pour moi estime de soi, confiance, bienveillance, sagesse…) amour qui définit aussi la qualité de la relation avec les autres. C’est finalement toujours une histoire d’amour, quelque soit l’angle d’approche.

La recherche de perfection a ses préférences.

Certains perfectionnistes le sont avec leur apparence, d’autres le sont avec les autres, quand certains le sont avec leur maison, ou avec leurs défis personnels (sport…) parfois c’est tout à la fois …

Par exemple, quand pour certains l’apparence compte plus que d’ordinaire, c’est de plus en plus difficile de s’aimer avec des kilos en trop, des rides qui ont élu domicile, des cheveux blancs, des bizarreries ici et là, ou des varicosités en pagaille… sans oublier des cernes qui ne s’en vont plus réveil après réveil.

Je rencontre des femmes qui pensaient s’aimer parce qu’elles se trouvaient jolies, elles aimaient leurs cheveux, leurs fesses ou leurs yeux. Elles avaient goût à s’habiller, à se coiffer, à se maquiller. Enfin plus précisément, d’autres les avaient rassurées sur leurs atouts, elles voyaient dans le regard de l’autre une confirmation rassurante qu’elles étaient suffisamment aimables. Elles pensaient s’aimer aussi parce qu’elles aimaient leur job, la vie marchait pour elles : un amoureux, une maison, des voyages, une famille en vue ou autres opportunités à portée de main.

Une fois que la vie avance (et ça commence plus tôt que je ne le pensais…), que certains atouts naturels sont moins évidents… que le regard de l’autre s’arrête moins, qu’une lassitude professionnelle peut se faire sentir, c’est fou comme le sentiment de s’aimer dégringole inexorablement. C’est bien le signe que s’aimer vraiment ne se joue pas dans le regard de l’autre, ni dans les réussites matérielles, que toute l’attention que l’on peut y mettre est souvent inversement proportionnel à la confiance en soi.

Comment s’aimer mieux ?

Il y a une chose que j’ai expérimenté souvent : une femme qui n’a pas ou plus confiance en elle, vous aurez beau lui dire de prendre soin d’elle, qu’elle le vaut bien, qu’il faut qu’elle s’aime avec ses défauts, elle a bien d’autres dimensions d’elle même à explorer, que sa beauté est multi-sources, ce n’est pas gagné !  Cela semble inaccessible à cet instant-là.

Ce que je trouve pertinent c’est d’allier des soins de beauté et une démarche de coaching.
Pourquoi ?

Par les soins de beauté de haute qualité, on apprend à se connecter au plaisir, à ressentir plus de choses grâce aux synergies végétales concentrées, à toucher ce que la nature a de plus beau à offrir, à nourrir l’estime de soi en distillant l’idée que nous sommes les soins que nous nous offrons. Les soins de qualité améliorent la peau et l’éclat du teint, c’est aussi un atout majeur à prendre en compte.

Par le coaching, l’attention se focalise sur nos trésors intérieurs, sur le sens de notre vie ici et maintenant. Retrouver l’envie d’avoir envie c’est LA source de beauté et de bien-être par excellence. Si nous sommes en contact avec notre joie intérieure le plus souvent possible, à travers notre métier, nos projets, nos rythmes et nos rencontres, nous évoluons naturellement vers l’amour de soi, nous nous voulons de plus en plus de bien, et cela s’en ressent tel un ricochet dans toutes nos dimensions.

Le coaching c’est un miroir : le coach nous pose les bonnes questions et NOUS donnons les réponses. Ce qui est bon ou juste pour nous est déjà en nous, le coach accompagne la prise de conscience. Tout ce que vous êtes : votre apparence, vos défauts, vos qualités, vos doutes, vos rêves, vos talents sont une partition qu’il vous appartient de décrypter, c’est une composition qui a tout en elle pour faire de belles expériences, pour vivre du bonheur. le coaching c’est  regarder qui nous sommes et devenir qui nous sommes, accepter ce qui est et en faire une énergie pour évoluer et créer une vie qui nous plaît. Un coach a un regard extérieur et aiguisé qui aide à regarder autrement des choses que nous n’arrivons pas à voir positivement, ou à regarder ailleurs, nos autres facettes inexplorées.

Les cadeaux de la vie sont déjà là, c’est à nous d’apprendre à les reconnaître…. L’amour de soi et la connaissance de soi sont nos jumelles comme nos loupes, pour voir la vie à 360°.

Le coffret « AMOUR de SOI »

Pour que cet article ne soit pas juste des mots, j’ai proposé à une coach de se joindre à Heuliad pour créer un coffret dédié à « l’AMOUR de SOI »
Un coffret pour soi ou un coffret à offrir à celles que l’on aime… une idée cadeau pour la fête des mères, pour les femmes !

 

offre sylvie

 

Le coffret comprend 3 trésors :

 

  • 1 ou + SOINS HEULIAD
    pour un moment minimum de 45 €, au choix

 

 

BB CREAM HEULIAD

 

  • 1 SEANCE DE COACHING « Destination Lumière » avec Sylvie Liger
    (1h, 70 € tarif exclusif spécial découverte)

 

 

PHOTO SYLVIE

Voici l’invitation de  Sylvie : « Destination lumière du rêve à la réalité »

« Mon métier-passion est d’aider mes clientes à SE DEPLOYER pour devenir la puissante créatrice de leur toute nouvelle réalité souhaitée (et non plus endurée), et contribuer à l’élévation du niveau de bonheur individuel, familial et collectif.
Avant notre rencontre, vous recevrez un questionnaire préparatoire où vous aurez la possibilité de poser votre voeu de transformation souhaitée.
A l’issue de cette heure passée ensemble, vous repartirez avec : de l’enthousiasme, l’envie de faire un pas (ou deux) très rapidement, des idées et des pistes qui vous aideront à mettre les choses qui vous tiennent à coeur en place efficacement, une action puissante à poser pour déclencher la transformation souhaitée.
J’anticipe joyeusement notre rencontre et ma contribution à votre voyage vers votre Lumière. » *

-Séance par Skype ou à Vannes-

  • EN CADEAU :

Heuliad vous offre le livre « L’ESTIME de MOI, se faire confiance, petites astuces pour des filles déjà parfaites » signé Sylvie Liger.

FIN DE L’OFFRE.

ou Contactez-moi par mail pour en profiter.

Tarif du coffret : à partir de 115 € selon vos choix de soins Heuliad.

* En savoir sur Sylvie Liger : coaching Pro, coaching de vie, coaching holistique et Thérapies brèves (EFT) ancrée à Vannes « Nouvelle perspective »

livre

PARTENARIAT SYLVIE LIGER

COACHING SYLVIE

COFFRET SYLVIE LIGER

C’est ton oeil que je prends au mot…

Oui j’avoue,  j’ai un faible pour le talent de Johnny Hallyday. Son talent d’interprète plus précisément, même si bien sûr son impressionnant déhanché peut aussi en faire craquer plus d’une (ou d’un!). Moi c’est sa façon de chanter qui m’interpelle…

Live

Je sais qu’il est aimé ou détesté, et il se trouve que moi je suis plus dans le camp de ceux qui aiment !  Je vous en parle aujourd’hui, parce que j’ai regardé le mois dernier son concert en direct de Bercy, pour ses 70 ans. Il faut croire que cela m’a marquée car j’ai besoin d’écrire à ce sujet aujourd’hui !

Le mot clé qui me vient c’est « épatant ». Mais surtout pourquoi écrire un article sur cela ?

Tout simplement parce que je trouve que Johnny Hallyday sait incarner 2 facettes qui m’animent aussi dans mon métier :

L’expression de son talent et l’expression de l’amour…

L’expression de son talent

Johnny a une présence sur scène, une voix, un sourire, un regard, une attitude, absolument uniqueS. Il a ce talent rare d’être un interprète. J’ai remarqué une chose ce samedi-là justement : quand il chante, je me projette dans ce qu’il raconte, je ressens ce qu’il chante, cela ne me laisse pas indifférente, cela me bouscule, m’interpelle, l’histoire qu’il raconte arrive jusqu’à moi. Quand il chante Diego, Tennesse, l’hymne à l’amour, mes tendres années…. j’arrive à être émue par l’histoire qu’il raconte et par son jeu scénique. En live, cette sensation est décuplée (oui j’avoue, je l’ai aussi vu en concert…en vrai!)

Quand je regarde d’autres prestations de chanteurs, j’ai remarqué a contrario que c’est eux que je vois, je suis arrêtée par leur vêtement, leur maquillage, leur façon de tenir le micro, je ne passe pas la barrière de l’image qu’ils donnent à voir. Je n’avais jamais fait la différence avant, je n’avais pas réalisé que ce talent d’interprète c’était précisément cela. Emmener les gens dans l’histoire qui est chantée, et non pas théâtraliser sa prestation. Je le savais mais avec Johnny je l’ai ressenti plus concrètement.

Johnny a bien des manies et des défauts, mais là où il est excellent, irremplacable, captivant c’est ce talent là, celui d’interprète. C’est vrai même après 50 ans de carrière, c’est au delà du temps qui passe, et c’est heureux ! Il est épatant, toujours aujourd’hui.

Son fils est venu sur scène avec lui pour un duo. La réaction première, c’est de se dire : « Il ne chante pas aussi bien que son père ! Il lui manque « un peu beaucoup » de coffre et de décibels. » Certes ! et même si c’est un jugement sévère(et inutile), il est essentiel de voir les choses autrement pour ne pas passer à côté d’une réalité plus pertinente.

Johnny n’a pas fait monté sur scène son fils pour montrer à tous qu’il est meilleur interprète… Leur relation de père-fils a sans doute été compliquée, ils ne s’en cachent pas. Là où David peut être certain que son père est plein d’amour pour lui c’est qu’il a fait monter son fils sur scène pour partager avec lui un grand moment ET surtout pour mettre en valeur les 2 talents immenses de David : c’est lui qui a écrit les chansons qui ont le plus cartonné dans le répertoire de Johnny, comme sang pour sang. Et…. à la fin du duo père et fils, Johnny a demandé à David d’accompagner sa prochaine chanson à la batterie  car David est un batteur hors pair !

C’est dire si être le fils de son père ne veut pas dire se mesurer au talent du père mais trouver son propre talent, qui peut être tout aussi immense, pour jouer avec son père et d’autres… l’harmonie de l’ensemble est totale et si belle à voir!

L’expression de l’Amour

Il peut aussi être dit que Johnny a des expressions et un langage plus que drôle parfois, j’en ai ri aussi… une hygiène de vie et un mode qui se discute, on peut dire tout ça. Mais ce que je sens moi, c’est l’amour qui se dégage de lui. Cela fait un peu « cucu » de dire cela mais je ne sais pas quel autre mot employer. C’est ce mot qui me reste en tête. Il donne sa chance aux autres, il met en valeur d’autres sur scène, il fait écrire ses chansons par les meilleurs, il est exigeant, il partage, il parle de ses musiciens tout le temps : l’amour c’est aussi beaucoup des preuves d’amour et je trouve que Johnny le fait naturellement : il est généreux, cela se sent, se voit , s’entend.

Il n’a pas peur de donner de l’amour sous une forme qui est bien à lui. Il est LUI, avec ses défauts et ses qualités. Il ose être LUI-MEME et sur scène c’est un cadeau grandiose et impactant pour un bout de temps (la preuve… je le sens encore rien d’écrire là-dessus aujourd’hui).

Même si il est moqué pour ses tenues rock n’roll, son style, il continue à être LUI et à partager beaucoup avec son public finalement très nombreux ! Je le respecte pour ma part beaucoup pour cela.

ouvrir les yeux

Sur le chemin

Ce « petit » article me permet d’envoyer à mon tour vers lui plein d’ondes positives, j’en ai reçu tellement en le regardant que je ne peux que redistribuer… ! Merci Johnny pour ces vibrations d’amour que tu offres généreusement, pour ce talent si inspirant que tu incarnes. Je n’ai pas l’âme d’une fan qui te suivra pour avoir un autographe, mais je vis en moi un vrai bonheur de t’écouter chanter, et de belles émotions toutes mélangées qui font un BIEN FOU !

Si cet article peut aussi aider à réaliser, que tous, vraiment tous, nous avons un talent (ou plusieurs) à partager avec les autres.  On pense souvent que si on a un talent, il va s’exprimer naturellement, qu’on sera au top sans faire d’efforts, que ce serait justement cela un talent: un truc qu’on sait faire depuis la naissance. Mais ce n’est pas vrai!

Pour exprimer son talent, il y a du travail pour le faire émerger, c’est un diamant brut qui se façonne, qui se bonifie au fil de nos prises de conscience et nos expériences. Par contre, un talent nous procure un plaisir, une excitation à se lancer dans son apprentissage qui entretient la motivation. Autrement dit, certes vous êtes doué, certes vous aurez à façonner ce talent, cependant vous aurez aussi un plaisir immense à le faire, une envie profonde et vitale à aller au bout de l’effort.

Au début ce sera plus une évidence pour les autres : ils vous diront que vous êtes fait pour cela. Vous l’admettrez plus ou moins vite… et puis l’évidence se fera aussi pour vous à un moment donné, ce moment précis où votre expérience sera suffisante pour se doubler d’un vrai plaisir : ce sentiment de bien-être ne ment jamais et restera un repère. Si au contraire c’est une lutte, des efforts difficiles, c’est aussi que des peurs, des doutes, des croyances sont bien inscrites dans vos cellules, cela se dépasse avec l’aide de plein de techniques ou de coachs…

Le cap le plus difficile dans cette exploration de Qui nous sommes, c’est presque de s’autoriser à croire que nous avons bien un talent, et c’est aussi de prendre soin de nous pour lui donner envie d’émerger. Un talent s’exprime mieux quand la personne cultive de son estime de soi, qu’elle s’offre ce qu’elle considère être le mieux.

Rappelez-vous Johnny se choisit des auteurs immenses pour lui écrire des beaux textes et mélodies à chanter. Il se donne toutes les chances de créer du BEAU (quelque chose d’harmonieux avec un supplément d’âme…)

Tout cela pour vous dire que le bien-être, le bonheur sourient à ceux qui tentent cette aventure, pour de vrai, sans penser à ce que diront les autres ou juste certains… Ne croyez pas que ceux que vous pensez heureux ont tout eu à tomber du ciel, et vous, tout à faire à la sueur de votre front. Chacun a à parcourir un chemin personnel complexe et passionnant à la fois, vouloir le choisir plutôt que de le subir, c’est le début du début… Mais c’est vrai que certains semblent avancer plus vite, c’est ceux qui ont accepté d’apprendre sans jamais croire qu’ils savaient déjà,  et qui regardent leurs peurs en face pour que ce ne soit pas elles qui mènent leur vie !

Mon prof de dessin au collège me disait toujours :

«Le génie, c’est 1% d’inspiration et 99% de transpiration»
Edison.

Est-ce que c’est facile pour vous de reconnaître votre talent ? Et si vous osiez dire en commentaire de cet article ce que vous pensez savoir faire avec talent ?

A vous de jouer !

 

Crédit photo : © iko – fotolia, Elise le Pallabre

Déplaire : le début du succès !

Le ressort originel, c’est d’être aimé…

Tout le monde a besoin d’amour : j’enfonce une porte bien ouverte, soit !  C’est malgré tout une source fréquente de « noeuds »pour nous tous, il y a encore matière à philosopher autour de cette évidence, n’est-ce pas ?

Aujourd’hui j’ai envie d’aborder 2 sources « d’approvisionnement » possibles pour reçevoir de l’amour. Il y en a plein d’autres mais voilà, aujourd’hui ces 2 là se sont faites remarquées… Quand j’écris cela, il s’agit d’admettre que ce sont 2 sujets d’actualités dans ma vie, une actualité qui remonte à longtemps en fait ! alors je partage mes réflexions…

1- La 1ère source, c’est de s’aimer soi-même, et oui vous l’avez déjà entendu ! alors j’ai juste envie de rappeler une petite chose qui mine de rien, en dit long …

S’aimer soi-même peut sembler être une quête abstraite et à long terme, alors dans cette quête, un éléments concret c’est de décider, et de persévérer dans cette décision de ne PAS dire du mal de soi, de ne PAS porter de jugement négatif envers soi. Même pour rire ? oui ! même pour rire, au moins en phase de sevrage !

Avez-vous déjà fait attention à tout ce que nous prononçons comme parole dévalorisante à NOTRE égard ?

Bien souvent il s’agit d’attirer l’attention de cette façon, d’espérer un écho extérieur à nos soucis, une compréhension, un soutien pour compenser nos incompétences supposées. Chercher de l’écoute, de l’éclairage extérieur, de l’aide ce n’est pas interdit ! Cependant il n’est nul besoin de se mettre plus bas que terre pour mériter d’être aidé ou pour attirer l’attention des autres.

Exemple :
« Je suis vraiment nulle, je n’ai rien vu venir : ma fille me ment, elle fait le mur, elle s’est mise à fumer, je n’en peux plus, je n’arrive à rien avec elle »
et vlan, au passage, une claque à notre estime de soi !

Est-ce que finalement une phrase comme :
« Ma fille vit une situation délicate (elle fait le mur etc…), cela me touche et me perturbe beaucoup, je cherche une solution, un éclairage, qu’en penses-tu, tu ferais comment toi ? »

Cette phrase ne permet-elle pas d’arriver au résultat attendu sans se flageller au passage ?
Verbaliser le problème c’est bien souvent faire émerger un début de solution,  donc OUI ! exprimons-nous, mais pas au prix d’un assassinat de notre estime de soi !

Ce petit conseil  pourrait vous amener à croire que vous devez taire vos pensées culpabilisantes ou autoflagellantes (« je suis vraiment nulle !), mais non en fait : il s’agit de les exprimer en prenant du recul, et en vous dissociant des évènements qui vous arrivent.

 

Suite de l’exemple
Vous aurez tendance à vous sentir coupable de ce qui arrive à votre fille, mais ce qui pourrait être plus constructif serait de vous dire :

« J’ai pris conscience du problème, par le passé j’ai pu commettre des erreurs, mais à présent que puis-je optimiser ? Comment puis-je tenter d’autres solutions que celles que je connais ?… »

Ce qui arrive à votre fille est SON parcours de vie, SA vie n’est pas VOTRE vie, ce qui n’empêche pas pour autant VOTRE remise en question pour ce qui VOUS concerne (certaines choses seront à faire par votre fille, et uniquement par elle !). Le défi de chaque parent c’est de faire de son mieux dans le moment présent, avec ses failles, atouts et limites, et de se remettre en question quand cela bloque. Ce que vous n’arrivez pas encore à faire, ne se confond pas avec votre valeur : vous avez de la valeur, et méritez l’amour des autres même si vous ne réussissez pas tout, vous et vos comportements sont 2 choses différentes.

Il ne s’agit pas ensuite de partir vers l’autre extrême : rabâcher haut et fort être la plus intelligente du monde, la plus organisée tout en gardant un « oeil vif » de surcroît – mais sans y croire un mot évidemment – !

 

Notre cerveau, ce héros

Ce petit conseil est là pour nous rappeler que notre cerveau enregistre tout ce négatif. Notre cerveau peine ensuite à nous inciter à aller vers des situations nouvelles, des gens différents, et vers le bonheur tout simplement, tant ce cerveau est chargé de lourdeurs, de préjugés passés, de freins bien ancrés.

C’est comme regarder un film violent ou dramatique, cela donne moins d’ailes humanistes que de regarder un film comme « Intouchables » : la joie passera par nous si nous émettons de la joie donc si nous nous remplissons de joieS en amont…

Nous avons bien des raisons de ne pas savoir nous aimer, notre enfance, nos rencontres souffrantes …. mais aujourd’hui, un début de changement c’est de ne plus alimenter ces vieilles valises.  Petit à petit ces valises resteront à leur place et notre vie suivra plus le chemin que nous décidons de suivre pour être bien.

Donnons à notre cerveau de l’espoir, du positif, de l’encouragement, il nous le rendra au centuple !

 

LEVONS LE MASQUE…

© johanjk - Fotolia.com

2- La 2ème source, c’est d’être heureuse de déplaire.

C’est curieux n’est-ce pas ? vous me voyez venir ? oui !
Déplaire aux uns c’est une chance magique de plaire aux autres
C’est se rapprocher de ce qui nous sommes vraiment.

Au milieu de ce processus :

nourrir l’estime de soi,
être plus bienveillant envers soi,
se respecter en exprimant ses besoins, ses envies,
dire oui ou non avec sincérité,
bref, se positionner pour être au plus près de son bien-être …

C’est se donner une chance de rencontrer des personnes qui nous aimeront vraiment tel que nous sommes . Il y a simplement une réalité collatérale : déplaire à d’ autres. C’est dur au début et puis finalement c’est plus simple : c’est clair au moins, et c’est tellement bon de ne pas faire d’efforts surhumains pour espérer plaire et être aimé. Plaire à tout le monde, la neutralité, la bienséance, tout cela n’attire pas les vrais amis, les vraies histoires humaines.

 

Il suffira d’un signe…

Alors c’est bon signe : déplaire c’est aussi une reconnaissance que nous existons, ce que nous sommes là, et bien là. C’est bien ce que nous voulons non, ne pas être transparente !

Renforcer notre estime est essentiel car cela nous aide à choisir, à décider, à renoncer,et donc garder le fil de notre rêve de vie. Renforcer son estime c’est petit à petit comprendre que nous avons de la valeur, comme tout le monde, que nous sommes légitimes pour réaliser ce qui nous tient à coeur, que personne n’a NOTRE vie entre ses mains.

La vie est courte, vivons ce que nous avons à vivre, tant pis pour ceux à qui cela ne plaît pas. Persévérons pour ceux qui aiment, qui nous aiment, que nous aimons.

Finalement ils sont souvent bien plus nombreux que ceux à qui nous ne plaisons pas…

et Là, enfin quand on renonce à plaire à toute le monde, quand on choisit la vie côté bonheurS, et bien:  les portes s’ouvrent, la voie s’éclaire, la vie nous fait des cadeaux. J’aurais beau l’écrire, c’est une émotion qui se vit dans ses cellules, alors je vous le souhaite du fond du coeur, vivement que vous ne plaisiez pas, et que cela ne vous anéantisse pas ! Vous commencerez ce jour là votre vraie vie, la vie qui est faite rien que pour vous sur mesure, celle qui sera précieuse et inspirante pour ceux qui vous croiseront…

Quelle chance ce sera de vous rencontrer !

A bientôt…

Crédits Photos
© johanjk – Fotolia.com
© bst2012 – Fotolia.com