Articles

Comme le ciel ne nous tombe pas sur la tête…

Episode 3/3 de la boutique éphémère

Maintenant que la boutique éphémère a fermé ses portes (et que 2012 la fin du monde n’a pas eu lieu !), l’année 2013 commence par une infusion de cette expérience…
L’hiver, la nature se repose et semble endormie, mais en coulisses, sous l’humus, la vie est bien là, pour consolider la terre qui nourrira  les graines plantées même après les gelées tardives.

Pour Terrasens en 2013 c’est comme pour tout le monde, il s’agit  de choisir une graine à choyer, un cap à tenir, donc de renoncer à d’autres caps, pour avancer, grandir, apprendre, évoluer, continuer l’aventure au gré de ses espoirs et ressentis.

Le point fort de cette expérience de boutique, c’est une chose irremplaçable : l’échange avec les personnes qui entrent, leurs questions, leur spontanéité. Cela réveille chez moi le goût d’expliquer, d’aider à la prise de conscience, et cela m’inspire beaucoup pour améliorer ce que je propose et « sentir » les attentes. C’est vraiment le plus important, le plus enrichissant.
Et pour cela je remercie très chaleureusement toutes les personnes qui sont venues, avec un petit clin d’oeil à colette, sylvaine, mathilde, gaëlle, ben, cécile, claudie, murielle, sylvie, nadine, yvonne, manon…

Le point faible de cette expérience c’est de la concilier avec la vie de famille, de surcroît en période de vacances et de fêtes… de gérer le temps de présence à la boutique, qui place beaucoup de choses au second plan, troisième plan et même plus loin dans la liste des choses à faire et à partager avec les proches, et mes 2 fifilles en particulier…  Il persiste une impression que la formule « boutique » emprisonne un peu, surtout les moments où personne ne franchit la porte, que les personnes ne font que passer devant la vitrine. C’est le jeu bien sûr, simplement l’enjeu est de trouver une 3ème voie, entre le travail à la maison et la présence quotidienne à la boutique.

En vous écoutant, en écoutant les signes, les petits mots, regards ou attitudes, en m’écoutant moi et ce qui me tient vraiment à coeur, en laissant infuser le temps nécessaire aussi, voici ce que j’ai perçu de fondamental pour la suite de Terrasens :

 

DSC_0832

 

Alchimie

J’ai (enfin) eu une idée pour faire évoluer la gamme Terrasens suite à mon problème de marque, mais aussi pour mieux m’adapter à ce qui se passe en moi et autour de moi. Une idée qui implique une décision forte  !

Les 9 soins actuels ne porteront plus la marque Terrasens. Ce n’est pas rien d’écrire cela, et je peux imaginer que pour les clientes Terrasens, le lire est aussi un « choc ». Au delà de cette nouvelle, une chouette nouvelle arrive… J’ai travaillé sur ces 9 soins avec Jean Sicre, biochimiste d’exception à qui je dédierai bien sûr un article exclusif. Il  a de son côté aussi une gamme de cosmétiques avec les mêmes valeurs et exigences, ces valeurs liées à la haute qualité naturelle qui m’ont fait le choisir, lui…

Alors l’idée c’est d’unir nos efforts et notre énergie autour d’une seule gamme. Cette synergie a finalement tellement d’avantages que je me dis que ce problème de marque aura vraiment été une bénédiction, elle m’aura aidé à voir l’évidence ! L’union fait la force, le moment est venu de le mettre en pratique…

Les soins Terrasens sous leur forme actuelle seront disponibles jusqu’à fin mars sur la boutique en ligne, ensuite ce sera la gamme de Jean Sicre que je vous proposerai… Une page se tourne, je peux vous dire que cela a été un vrai chemin pour arriver à prendre cette décision mais la réflexion, le lâcher-prise et la conjoncture se sont unis ici et maintenant pour sauter le pas et avancer, saisir la priorité : continuer à vous proposer des produits de haute qualité, rares &  faits avec passion !

Ce qui se confirme : Terrasens est un concept, une approche de la beauté exaltante et vraie, qui invite les femmes à être actrice de leur bien-être. Ce concept se décline en une boutique en ligne, un blog, un futur spa aussi je l’espère : Terrasens pourra ainsi réunir plusieurs marques : des créateurs de cosmétiques de haute qualité, 100% d’origine naturelle, avec un supplément d’âme… Sharini, la savonnerie cancalaise, l’atelier du savon, biocolloïdal,  heuliad très bientôt, et d’autres par la suite.

 

Entre nous

Concernant ma passion, celle des cosmétiques en eux-mêmes, ce choix majeur redonne du souffle à mon projet de 6 nouveaux produits avant-gardistes, vivifiants et solidaires, aidés par Bretagne Innovation, sous la marque Heuliad. Je souhaite vraiment aller au bout de ce rêve, à la lumière des erreurs passées, et partager aussi ce temps de conception avec vous, si cela vous tente … Grâce à ce blog, je vous raconterai ces phases de préparation, le sondage était un premier essai (concluant!) et d’autres initiatives suivront très vite, pour que vous soyez actrices de cette conception de produits, autant que faire se peut.

C’est mon projet mais il s’adresse à vous, il naît de ce que j’entends de vous, de vos besoins, de vos envies, et de ce que je souhaite vous faire découvrir, alors il me semble évident d’interagir avec vous !

 

3ème voie

A court terme, plutôt que de m’engager sur une boutique à l’année, je souhaite organiser des évènements ponctuels et réguliers, à la façon des rencontres Terrasens pour présenter ce que je fais dans des lieux atypiques et différents, et aller au devant de vous.

Je retrouve l’envie de travailler sur un concept de lieu, mais un lieu de soins, pas seulement une boutique, et partager cet espace à plusieurs pour offrir une prestation inoubliable et originale… je lance l’idée… et je vous tiens au courant ! ce sera davantage pour 2014 mais qui sait…

La boutique en ligne et le blog seront le fil d’ariane, le point de ralliement quelque soit la distance géographique qui existe entre nous. .

 

In Fine

Peut-être penserez-vous que cet article ne vous concerne pas trop, il parle du futur proche de ma petite entreprise, c’est vrai. Mais au delà de ces évènements, j’aimerais passer le message que créer son entreprise, c’est un réel travail sur soi, passionnant et ouvrageux en même temps : sentir les choses, épurer ses peurs, croire en soi, écouter les autres, s’adapter et rester soi, se découvrir, se surprendre, étonner, ou rassurer les autres : toute une aventure qui donne du sens à sa vie, aux produits que l’on propose, et ouvre un peu la voie à un monde plus centré sur l’essentiel.

C’est une chance de vivre cela, alors je vous encourage en 2013 à aller vraiment vers ce qui vous tient à coeur, de viser le bonheur, d’y croire plus que jamais…

Les Brown

 

bonne année terrasens

 

Il est toujours temps d’être heureux, il est toujours temps pour l’amour, il est toujours temps de prendre soin de ses rêves !

 

Crédits photos : fotolia, Elise Le Pallabre

 

Instant années 80…. juste pour le plaisir !

Ce que j’ai appris au forum « Osons la France »

J’ai senti que je devais y aller.

C’était Lundi 26 Mars à Paris ( il n’y a toujours pas la mer mais on ne peut pas tout avoir…)

Selon les organisateurs l’idée c’était, je cite :  » Parce qu’il y a plein de gens qui font des trucs géniaux en France et qu’on voudrait que ça continue, nous avons décidé de passer à l’ACTION : Créer un forum pour mettre en lumière la créativité et l’innovation en France…www.osonslafrance.com (Ajout 2016 : qui n’existe plus aujourd’hui…)

Forum créatif et inspirant

Effectivement cela a été une avalanche de talents, d’entrepreneurs surdoués, qui parlaient avec passion et simplicité de leurs choix de vie, de leurs stratégies.
C’était très plaisant et inspirant de les voir raconter leur parcours et dire comment ils ont osé . Entreprendre et oser sont quasi synonymes, le premier impliquant le deuxième ( mais le 2ème reste un défi permanent pas si simple )… Le point commun de tous : ils ont perçu un manque, un vide dans leur quotidien au travers d’une rencontre ou d’une expérience « toute bête » bien souvent !

Par exemple :

  • Comme l’entrepreneur Julien Combeau qui malgré ses hautes études de droit et de commerce se sentait démuni pour construire un certain type de tableau sur excel, et qui ignorait qu’il avait l’amie de son colocataire qui elle était une pro en la matière : d’où l’idée, très pertinente à mon sens, de créer un site internet qui réunirait ceux qui savent, et ceux qui veulent apprendre, sur tout type de sujets : Celui qui sait met en ligne le cours qu’il peut proposer : celui qui veut apprendre s’inscrit et une classe se forme avec des participants motivés car ils ont besoin à un moment donné d’une connaissance précise. L’idée sous-jacente porté par Julien Combeau c’est que faire des études ne signifie pas que nous n’aurons pas à nous former toute notre vie afin de saisir des opportunités de travail. Reprendre un cursus « scolaire » pour changer de métier n’est pas toujours judicieux, mais approfondir une notion ou deux qui peuvent être des lacunes, là cela devient très intéressant. Une école de la vie adaptée au moment où l’on a besoin d’apprendre.
    Julien Combeau a entrepris de ( pour ) changer les choses   avec LEEAARN. (Ajout 2015 : Entretemps le site n’existe plus malheureusement)
    Son message : « Oser,  se cultiver par des rencontres »
  • J’ai aussi trouvé très maline l’idée de 2 entrepreneurs qui ont crée Capital Koala. Quand vous achetez sur des sites commerçants partenaires ( + de 1000 à ce jour parmi les plus connus ), une partie de vos achats est versée sur le livret d’épargne de vos enfants. Ce site s’est dit que épargner n’est pas ou plus très simple, mais que consommer nous le faisons tous. Ils ont alors négocié une moyenne de 6% de remise auprès des commerçants pour alimenter le livret d’épargne. Une bonne idée pour financer, permis, études ou autres projets éducatifs ! Toute la famille, grands parents, tontons, tatas, peuvent faire de même pour contribuer aussi au livret de vos enfants… A approfondir …
  • J’ai découvert aussi l’institut des futurs souhaitables, original non ? créé par Mathieu Baudin qui se définit comme « rêveur des possibles »  pour réhabiliter le temps ( le durable ) dans les prises de décision. L’institut est un laboratoire d’idées, de réflexions sur notre temps et ses enjeux ( économiques, environnementaux, humains) mais pas que !  Il s’agit pour l’institut de mettre en pratique ces prospectives grâce à des formations, ou des voyages qui mélangent les profils et les âges ( entrepreneurs, universitaires…) pour faire émerger du concret !  Selon les mots du fondateur : « la formation doit mener à la transformation ». Les personnes formées deviennent « des actrices de la métamorphose ». Il s’agit en clair « d’un projet de conspiration positive » ou encore de mettre en valeur « l’optimisme offensif », autrement dit, un optimisme qui dit pourquoi nous avons des raisons de l’être.
    Pour connaître le programme, et cet univers prometteur c’est par ici : futurs-souhaitables.

Pédagogie, oui !

Il y avait aussi des universitaires et des professeurs, et je dois avouer que j’ai une admiration qui ne se dément pas pour ceux qui savent passer un message, donner le goût d’apprendre, et apprennent vraiment quelque chose aux auditeurs. Comme Christian Moujou qui a comparé les facettes de l’entrepreneuriat avec une série de tableaux d’art, pour nous inspirer tout au long de son discours de « retrouver le jeu dans l’entreprise« , à l’image de l’enfant puisqu’il n’y a rien de plus sérieux que l’enfant qui joue…
Il rappelle aussi le mot de Baudelaire : « le génie, c’est l’enfance retrouvée à volonté » pour mettre à notre portée l’innovation : regarder l’existant avec le regard d’un enfant, ne pas penser que l’innovation n’est que l’apanage de quelques uns, chacun peut innover. A nous de jouer !

une fleur en fleur

 

Après infusion…

J’ai appris de cette journée que chacun est talenteux et génial à sa façon, que nous avons les clefs de notre épanouissement en nous, que la rencontre avec les autres nous aident à en prendre conscience, à oser jouer avec ces clefs, qui feront naître des projets porteurs de sens et de bien-être pour tous. L’entrepreneuriat est un chemin ardu mais tellement épanouissant car c’est un chemin, parmi d’autres bien sûr, pour toucher du doigt, voire embrasser, le sens de la vie, le goût de l’émotion partagée, et l’émerveillement tout simplement…

J’ai choisi depuis mes 21 ans d’entreprendre, j’aurai aussi pu continuer les études commencées pour devenir prof d’histoire . Ces 2 métiers sont séparés bien souvent mais je réalise aujourd’hui que ma touche personnelle c’est d’entreprendre tout en accompagnant les clientes pour qu’elles s’approprient un savoir, et développe une attitude créatrice face à la vie. J’aime bien l’idée d’honorer un savoir ancestral, tout en concrétisant aujourd’hui un produit innovant, et qualitatif. Une prof entrepreneure ? qui a défaut de parler d’histoire, invite chaque personne à jouer le rôle de sa vie, à créer son histoire. L’avenir  me dira si mon intuition est juste  : que ce nouveau métier a une vraie utilité pour allier réflexion et action.

Nota Bene :

J’ai noté aussi le projet pertinent de Carnet de mode, inspiré par My Major Company dans la musique : pour lancer des créateurs de mode, les clientes choisissent, et financent leurs tenues coups de coeur parmi les précollections . Le client qui « parie » bénéficie de 40% de remise sur le prix de vente futur, ainsi quand le nombre de clients est suffisant, le créateur lance la fabrication et fait naître sa collection en vrai. Le client qui « parie » percevra aussi une commission de 10% sur les ventes des robes à prix normal. Avis aux amatrices de mode …
Je vais réfléchir sérieusement à ce concept pour Terrasens !  Suite au prochain épisode…

Et vous quelle est votre touche personnelle ? Au plaisir de vous lire !

Crédit photo : google.com, Elise le Pallabre