Articles

Rebondissements et boutique en ligne …

Tout vient à point… pour qui sait attendre !

Voilà une maxime, une loi de la vie même, que je n’ai pas toujours écouté, mon impatience ayant souvent couru plus vite que ma patience…
Sauf que là si, j’ai attendu ! J’ai attendu quoi, me direz-vous ?

J’ai attendu de voir autrement un “coup du sort”…

 

Une histoire de marque…

 

Il y a 2 ans, oui 2 ans déjà, Terrasens était une jolie petite graine, ayant déjà essuyé des intempéries, mais elle avait la volonté de pousser encore, de revendiquer le droit d’être là. J’avais mis au monde mes 9 produits, des premiers clients et puis “patatrac” comme disent les gens de chez moi. Le ciel me tombe sur la tête, je reçois un courrier de l’OHMI, l’organisme européen des dépôts de marque, m’annonçant une opposition par un tiers vis à vis de mon dépôt  ” Terrasens” au niveau européen pour la classe 3, celles des cosmétiques !
Autrement dit un “môsieur” se met sur ma route, la route de ma petite entreprise.


Puis de crise

 

Ma petite entreprise connaît alors très bien la crise, ce moment de désolation, de ruine psychique, cette torpeur qui fait si mal…. J’avais une marque légitime en France parce que je l’avais déposée en 1er en France. Seulement ce môsieur avait déposé une marque “ressemblante” (oui cela se discute, mais je ne peux rien vous dire…)  au niveau européen, et cela juste avant moi – qui n’avait pas eu les moyens de financer ce dépôt dès la création de mon entreprise – .

Il faut toujours voir grand, 1ère leçon ! et même si on avance souvent doucement vers l’objectif…

L’INPI pour la France et l’OHMI pour l’Europe n’ayant aucun lien (l’Europe n’existe pas partout…), j’ai perdu évidemment !

 

En passant par de la Résistance …

 

Je dis ce “môsieur”, c’est un peu ironique je vous l’accorde, je pense à Obélix et à son village d’irréductibles en écrivant ” Môsieur “de cette façon, allez savoir pourquoi…

J’ai pensé d’abord qu’il fallait que je me batte contre Goliath, que je devrais me faire entendre, me battre pour mon projet et négocier. Et puis coup de chance, (mais ça je le dis maintenant ! sur le moment cela me semblait irréel et improbable) : il nous était impossible de nous comprendre avec ce môsieur, cela en devenait grotesque.

Avec l’avocate nous passions un temps fou à essayer de traduire le sens de ses messages, pourtant écrits en français (nous sommes français tous les 2, et je le salue si il me lit !) . Nous passions tout autant de temps à essayer d’être clair dans nos propositions, définitions. Impossible, l’un comme l’autre, rien, on ne comprenait visiblement rien à la logique de l’autre ! C’est fou de faire ce constat …

 

e-boutique terrasens web

Another day…

 

Et puis un jour tout s’est éclairé, juste avant la fin de la période de négociation, je me suis dit : il n’est pas question de négocier un demi-terrasens, ou quoique ce soit d’autre, il est question de faire un choix profond, clair, intime, entier.

Je me suis dit que si cela bloque ici, c’est sûrement pour une bonne raison.  Même si c’est difficile sur le moment,   j’accepte cette réalité, je fais confiance à la vie qui me susurrait à l’oreille : c’est une chance pour toi et simplement tu ne le sais pas encore…

Ainsi j’ai annoncé que je renonçais à ce dépôt de Terrasens dans la classe 3.  Puis j’ai ressenti l’immensité du vide…. LE VIDE.

Au delà de  l’enjeu entrepreneurial, il se trouve que c’était un homme, il l’est toujours je pense, et quoiqu’en dise, notre qualité d’homme ou de femme influe forcément. Une sorte de combat viril s’annonçait… mais je n’ai pas souhaité jouer au coq face à lui (ou alors pas longtemps !…).

J’ai pris cette péripétie comme une chance de clarifier mes projets, mes essentiels, mes valeurs, et de les exprimer, de les lui exprimer, sans animosité .  Une fois que j’avais fait cela, l’évidence que j’avais autre chose à faire s’est imposée, ne lui en déplaise.
Faute de combattants…

Autre chose à faire, renoncer au combat inutile, oui !  mais pour quoi ?  J’ai ressenti alors l’immensité du vide…. LE VIDE.

 

La peur du vide

 

Il a au final fallu 2 ans pour que j’entende ce que pouvait devenir Terrasens, sans sa classe 3, mais avec sa classe 16, 44, 38, 41, et autres… Je ne vous cache pas que mon cerveau a régulièrement fait des noeuds, j’ai trouvé cela injuste plus d’une fois, j’ai pesté, j’ai senti le découragement m’assaillir…. j’ai eu peur de ce vide laissé !

Chaque fois j’ai attendu, pas toujours sereine, mais j’ai attendu. Faire, refaire et défaire, pour me rassurer, j’ai fait aussi. Finalement les choses ont bougé quand j’ai pris la décision de prendre soin de mes fondations, de mes valeurs, et surtout de moi : j’ai cherché à aller plus loin : pour quoi ai-je créé mon entreprise à 21 ans ( il y a 11 ans !), qui suis-je vraiment ? A quoi puis-je être utile sur cette terre ? qu’est ce que j’aime faire au quotidien, qu’est ce qui me passionne même, qu’est-ce qui me donne le sourire, qu’est ce que j’aime faire découvrir aux personnes, aux clients que je croise ….

 

Dénouement

 

Alors voilà 2 ans après, le chemin n’est pas fini, ne finit jamais mais je sais au fond de moi comment Terrasens va évoluer, et aujourd’hui c’est le moment de commencer à  le partager avec vous, de passer de l’idée à un début de réalisation, d’oser poser dans le concret ce que j’ai l’intuition de créer  !

Je tiens à remercier ce monsieur,  car grâce à cette expérience, je me suis consolidée, j’ai mis le temps  mais je suis plus solide et plus souple à la fois.  Je vois plus grand à présent, tout en ayant l’esprit & le coeur plus sereins, et en continuant à avancer à mon rythme.


La vie est belle ! leçon n°2 : ne jamais l’oublier !

 

Terrasens devient mon concept plus que ma marque de produits : Nourrir l’estime de soi & être l’actrice de son bien-être.

Ce concept se décline de 3 façons potentielles :

  • Une boutique en ligne qui réunit des créateurs de cosmétiques rares, 100% d’origine naturelle, de la plus haute qualité, cette qualité qui valorise le vivant, l’émotion, les sens, la solidarité…
  • Un SPA, en gestation dans ma tête en attendant l’opportunité de le réaliser.
  • Heuliad, devient la marque de ma nouvelle ligne de  soins et sera proposée sur la boutique Terrasens en tant que marque propre.

Heureux évènement !

La boutique en ligne est à présent en ligne justement ! je vous y invite non sans une joie certaine !

Elle s’étoffera au fil des rencontres et des envies, et vous pouvez déjà y découvrir des parfums d’exception, des savons à froid, le must de la beauté 100 % naturelle…

 

tableau Elise Le Pallabre terrasens web

 

Si vous avez des questions ou des commentaires, je suis au bout de l’écran (très souvent !), n’hésitez pas… Je vous remercie de votre attention.

PS : Le parcours d’un entrepreneur n’est pas toujours rose, souvent nous ne voyons que les réussites ou ce qui est politiquement correct : ma démarche c’est ici de vous faire participer à la vie de ma petite entreprise, à partager ce que j’apprends au quotidien, à être réaliste tout en passant le message que chacun peut avancer vers ses rêves, même si parfois le chemin est surprenant… Aidons-nous les uns les autres à aller vers nos rêves, c’est mon souhaite le plus cher !

 

Crédits photos : Elise le Pallabre – reproduction interdite sans autorisation

 

Petit clin d’oeil … J’y peux rien, j’adôre les années 80…