TEDx de l’intérieur

Je n’avais pas imaginé en rejoignant l’équipe organisatrice du 1er TEdx de Lorient, que cela allait me mener au vélo…

Autant les conférences TED m’ont émue, inspirée et motivée, alors contribuer à les faire exister à Lorient, c’était une évidence, une grande joie, et j’y suis allée avec le sourire. Autant le vélo… je ne l’ai pas vu arriver, et là je le regarde « comme une poule devant un couteau » comme dirait ma grand-mère !

J’ai fait partie de la commission orateurs, la commission chargée d’accompagner les futurs orateurs à se dépasser pour proposer une conférence avec toute l’énergie du modèle TED. Quand la question s’est posée de savoir si quelqu’un avait un lien avec la prison, j’ai levé le doigt en disant que j’avais donné des cours à la prison de Ploemeur pendant mes études, via le GENEPI.

Un autre que je ne connaissais pas encore, Thierry Noëllec, médiateur des conflits dans la vie, s’est manifesté aussi pour dire qu’accompagner le directeur du centre pénitentiaire de Ploemeur, pressenti pour une conférence, cela l’intéressait bien. Nous voilà officialisés tous les deux pour trouver une façon d’annoncer à Jean-Paul Chapu que nous le verrions bien sur scène le 4 juillet 2015. Il nous a fallu 3 mois pour réussir à le rencontrer, une persévérance qui va mener plus loin que prévu.

Au détour d’un défi

Jean-Paul Chapu c’est un homme étonnant avec un parcours …. étonnant. Il a le sport dans la peau, il manage grâce au sport (le vélo!), il libère les potentiels grâce au sport, il réinsère grâce au sport, il re-socialise grâce au sport. Concrètement cela donne l’organisation d’évènements « étonnants » : marathons et de Tours de France cyclistes avec et pour les détenus (via son activité professionnelle), avec et pour les handicapés (via son association « Osons les défis »): des étapes de montagne, de nuit, des jours durant, des défis très difficiles de prime à bord, impossibles aux yeux du plus grand nombre et qui finalement s’avèrent possibles à force de courage, d’entraînements, d’entraide.

Au fil de nos rencontres, de nos séances de préparation pour le Jour J du 1er tedx Lorient, j’ai apprécié de plus en plus le fait de l’aider à se dépasser sur ce nouveau défi, mais j’ai senti également une vive douleur se raviver. Aïe, j’ai moi aussi dans une autre vie fait du sport, beaucoup de sport, et je ne suis pas arrivée au même résultat…

Quand l’élève est prêt, les maîtres apparaissent…

Le sport rime pour moi avec douleur infinie.  A 10 ans, j’ai fait connaissance avec le harcèlement scolaire, ce harcèlement injuste, violent et répétitif qui détruit les illusions et toute raison de vivre, qui insécurise terriblement. Les amis d’hier sont devenus ma pire terreur, des élèves inconnus aussi. Pourquoi me direz-vous ? Juste parce que j’habitais dans le collège que j’allais désormais fréquenter comme élève, j’y habitais parce que mes parents y travaillaient, et j’étais bonne élève, c’était sûrement une situation intolérable et injuste pour d’autres, situation à laquelle je ne pouvais pourtant pas grand chose.

Mon cerveau a alors filtré tout le brouhaha extérieur, j’ai d’abord essayé d’analyser, de comprendre ce qui se passait, d’imaginer avec la peur au ventre, ce qui allait se passer pour peut-être mieux m’y préparer. J’ai tant pleuré.  J’ai aussi assez vite chercher à savoir ce que je pouvais faire pour conquérir le respect des autres.

 

Portrait-Elise-Rennes-

J’ai alors sauté dans le train du sport qui passait par là, le collège avait une classe inspirée du sport-étude. J’ai fait du sport, beaucoup de sport. Pas qu’à l’école, en activité extra-scolaire aussi. De la natation, du tennis, du hand-ball, de l’athlétisme, du volley-ball, des entraînements, des compétitions, des entraînements, des compétions… Au fil des réussites, j’avais l’impression de regagner un peu de respect, un peu.

Je n’ai jamais « aperçu » la moindre endorphine par contre, aucun plaisir, aucun bien-être à avoir parcouru ces kms à la nage, ces terrains dans tous les sens. J’ai retenu 2 choses à l’époque, 2 leçons de survie en apparence, 2 recettes empoisonnées en réalité : « Sois parfaite » et « Sois forte ». A ces conditions là, je croyais que j’aurais peut-être une chance d’avoir de nouveau des amis.

Pendant toutes ces années, j’étais dans l’équipe qui était de toutes les compétitions, j’étais 1ère de ma classe, mais aussi déléguée de classe. Histoire d’être jolie aussi,  j’ai accepté moultes traitements difficiles et continus contre l’acné, des appareils de torture pour redresser mes dents. J’avais même réussi à construire un personnage assez drôle, je les faisais rire assez souvent, mes « amis ». Ce n’était malgré tout pas assez pour être aimée, pour appartenir au groupe, je jouais à l’équilibriste à la lisière du groupe, sans cesse menacée d’être sortie du jeu.

J’ai 19 ans, j’ai tenu comme cela pendant toute ma scolarité et puis Boom ! C’est d’abord mon cœur qui a fait boom, puis mon corps a fait boom. Je suis tombée amoureuse, comme plusieurs fois déjà, mais cette fois c’était réciproque. Comment ? Est-ce qu’un autre être humain autre que mon père ou ma mère pouvait m’aimer ? pour de vrai ? Oui !
J’ai alors tout lâché, absolument tout, en un clin d’oeil. Le Sport, les études, la discipline, la docilité, j’ai changé de vie.

Fortissimo

J’ai grossi. Beaucoup. Mes souffrances d’enfant et d’adolescente, je n’ai su que les recouvrir de kilos façon guimauve, de douceur absolue, de chocolat tendre et sucré, jusqu’à aujourd’hui.
Rien que d’écrire ces mots, je ressens les douleurs que j’ai voulu oublier.
Perdre ces kilos, ce serait  risquer de souffrir à nouveau.

Je ne peux pas encore perçevoir que perdre cette immensité de kilos ce serait plutôt gagner en légèreté, ce serait d’ être en capacité d’avancer avec fluidité, ce serait même me sauver la vie. Je suis forte aujourd’hui, très forte même, sacrément forte : mon cerveau n’a pas fait dans le second degré, et je suis encore emprisonnée dans cette croyance construite depuis mon enfance « Sois forte ».

Ces dernières années, je me suis plus concentrée sur l’injonction « Sois parfaite », j’ai clairement évolué sur l’idée que je ne voulais plus être parfaite, que je voulais être moi. J’ai appris l’estime de soi, la connaissance de soi, la bienveillance, j’ai appris à découvrir qui je suis, mes talents et mes envies. J’ai simplement gardé du passé l’exigence de qualité, la persévérance, le besoin d’intensité et finalement l’humour aussi, c’était bien moi …. Et c’est loin d’être fini. J’apprends toujours.

Le moment doit être venu de cesser aussi de vouloir être forte. Faussement forte. Pour quoi forte ?

Alors quand j’ai entendu Jean-Paul raconter les défis qu’il a relevés grâce au sport, auprès de personnes qui ont des parcours très difficiles, j’ai surtout entendu que ces personnes ont réussi à s’en sortir parce qu’elles ont acceptées de faire face à leurs faiblesses, à leurs douleurs, à leurs insuffisances du moment, c’est en leur faisant face qu’elles ont disparu, qu’elles se sont transformés en forces, en confiance, en atouts. Ces personnes ne sont pas non plus restées seules, le groupe les a aidées.

J’ai réussi à dénicher un vélo d’appartement abandonné. Je crois qu’il y en a beaucoup en fait… Mon mari l’a gentiment installé dans notre chambre avec une vue imprenable sur notre lit, seul endroit libre dans notre maison en travaux pour le moment ! Comme la torture ce n’est plus pour moi, je vais quand même lui trouver une autre place…. Pédaler avec vue sur un lit douillet, le comble !

En attendant, je suis montée déjà dessus plusieurs fois. J’ai mal aux fesses, aux genoux, je suis essoufflée et je m’impatiente (grave !). Comme dirait Coluche « C’est dur le vélo ! » Mais quelque chose a changé. Je le fais pour moi, je le fais doucement, patiemment, comme je peux. Bien sûr je m’étais dit au départ : je dois faire 45 min chaque jour. C’est le minimum, en dessous de 45 min, on ne brûle aucune graisse ! Alors quitte à souffrir…

Jean Paul Chapu m’a conseillé de faire déjà 20 min 3 fois par semaine. D’y aller doucement. Alors au diable les graisses à brûler, de toute façon je ne tenais pas…
20 min, 3 fois par semaine, cela me va mieux, ce serait déjà merveilleux d’y arriver. Mes 2 filles m’encouragent, elles tiennent le chronomètre, c’est follement émouvant.

Ensemble c’est mieux

Le 4 juillet, c’est le final, la journée TEDx Lorient, la 1ère édition. J’ai vécu une journée magnifique. Les orateurs étaient beaux, profonds et drôles, et toute l’équipe organisatrice était heureuse et enjouée. Un moment à part.

J’ai renoué avec l’idée que les grands moments, cela se prépare, ils sont précédés de stress, de peurs, de difficultés, mais la récompense est là ! J’ai renoué avec l’idée du collectif : ensemble, les gens peuvent aussi générer de très belles choses : si la bienveillance et le partage sont là, les émotions et le bonheur sont juste puissamment amplifiés !

Je vais choisir de rejoindre un groupe, histoire de garder le cap de l’énergie qui me porte aujourd’hui. Je tiens à me donner toutes les chances de continuer le vélo, y trouver du plaisir, y dépasser mes limites. Peut-être l’association Osons les défis justement.

Je sais aujourd’hui que j’ai des talents singuliers, comme tout à chacun, et je goûte encore, et depuis 15 ans maintenant, au bonheur de les partager, de contribuer à l’épanouissement des autres : cela me rend clairement heureuse d’aider les autres. Cela n’a été possible qu’en passant par les étapes :  apprendre à se ressourcer, à prendre soin de moi, apprendre aussi à cocréer avec les autres en toute confiance. Ces étapes sans doute incontournables pour avoir le ressort de dépasser des moments plus douloureux, plus enfouis de ma vie.

Peu à peu j’accepte l’idée de reçevoir des encouragements et de bénéficier des talents des autres pour regarder ces parties de moi que je n’ai pas encore explorées, pour continuer à apprendre que derrière mes peurs peuvent émerger du beau, et tant de chouettes surprises que je n’imagine pas encore. J’apprends à être aidée à mon tour. Cela me rappelle la conférence de Brene Brown, magnifique conférence sur le pouvoir de la vulnérabilité.

Merci infiniment à Michel, mon mari, qui m’a libérée. Nous regardons toujours aujourd’hui dans la même direction, l’un aide l’autre à évoluer du mieux qu’il le peut.

Merci infiniment à Jean-Paul, qui a sans le savoir réveillé en moi un vélo qui sommeillait. Je ne le savais pas non plus… c’est ça qui est beau.

Avec Humour…

PS : Je viens de réaliser que j’avais parsemé déjà plusieurs images de vélo, de bicyclettes dans mon univers Heuliad. Tout est écrit, c’est sans doute vrai.

Liens pour aller plus loin !

Voici la vidéo Tedx de Jean-Paul Chapu, et sur le site de Tedx Lorient ci-dessous, vous allez découvrir les autres magnifiques orateurs de la 1ère édition TEDx Lorient.
Conseil : Ecoutez les conférences en finissant par l’intervention de Morgan Mansouri… Je ne vous dis rien d’autre !

Rendez leur visite !

TEDx LORIENT

Association OSONS LES DEFIS

Thierry Noëllec, MEDIATEUR des conflits

Le GENEPI

Tedx Lorient - Osons les défis - Coaching

Une petite chanson ?

 

Crédits photo : Fotolia

Souvenirs

Je me souviens de regards quand j’étais petite, pas ceux des autres, les miens. Je regardais certaines personnes, et je me disais « C’est étonnant, il n’est pas très beau et pourtant je le trouve beau ». Je pouvais regarder un vieux pêcheur qui repart à vélo du petit port, un enfant qui joue à souffler des bulles de savon, une femme qui fait son footing, un voisin qui tond la pelouse.

A l’inverse, j’aimais découper des images dans les magazines, je n’y trouvais que de très belles femmes 0 défauts : sur certaines photos je les trouvais belles, et sur d’autres pas du tout.

Depuis j’ai toujours cette même impression, en croisant les gens que je connais, aussi bien que des inconnus, y compris en me regardant moi dans le miroir : certains jours je nous trouve beaux, d’autres pas !

Je constate aussi une chose énigmatique : les jours où je me trouve belle et bien je peux ne reçevoir aucun signe extérieur qui confirmerait cette impression… personne qui semble partager mon avis. Vous l’aurez compris, à d’autres moments si je reçois un compliment, je suis la première surprise, puisque je ne me sens pas forcément belle à cet instant là.

Je ne peux pas passer à côté de la dernière hypothèse : je me sens belle et en plus je reçois des compliments à ce sujet !

Mais comment se joue ce jeu complexe ? Qui a inventé une telle complexité !
Et puis à quoi cela sert de se sentir belle ? Sans oublier évidemment : ça veut dire quoi être belle ?

3 façons d’être belle

Je voulais partager ce que j’ai remarqué au fil de temps et ma réflexion à ce sujet, histoire d’ avancer sur ce chemin délicat de la beauté, la vraie… pas celle qui se façonne de l’extérieur, mais celle qui rayonne en toute simplicité.

  • La beauté c’est la vie et  la vie est belle
    .

Cela peut sembler poétique de s’exprimer ainsi, cependant cela veut réellement dire quelque chose. Au delà du « Si la beauté c’est la vie, je suis vivante donc je suis forcément belle ». Si c’était vrai, cela se saurait depuis longtemps et je serais aussi en couverture des magazines.

La vie est belle, je suis belle, mais est-ce que je me sens belle ?

Vous avez bien compris que malgré tout, être vivante n’est pas suffisant. Il y a vivante et vivante….  Nous pouvons trouver esthétique une personne, mais si nous la trouvons belle c’est que nous sommes sensible à la vie qu’elle exprime. Jacques Salomé appelle cela la vivance de la vie, ou comment nous sommes actrice et créatrice de la vie en nous, au delà de nous.

La joie, la danse, le sourire, le théâtre, le rire, les nouvelles aventures, l’art sont des images fortes que nous avons en référence pour signifier une vie plus vivante…plus expressive, mieux ressentie et exprimée. Ressentir et cultiver la vie en nous, prendre soin de cette vie en nous, c’est ce que nous rend belle… Je ne peux pas vous en convaincre mais vos expériences sauront vous enseigner à ce sujet. Pour être belle vivez la vie qui vous fait plaisir, qui vous émeut, qui vous étonne, qui vous émerveille.

  • La beauté ça s’apprend
    .

Encore un truc fou… qui balaye l’idée qu’il y aurait irrémédiablement d’une part les femmes qui sont naturellement belles ou celles qui se donnent beaucoup de mal pour être esthétiques belles, et puis d’autre part les autres, moins belles, moins chanceuses.

Si la beauté s’apprend, c’est qu’elle peut être à la portée de toutes et tous. La Beauté s’apprend parce qu’elle est liée à notre capacité à devenir nous-même. Quand nous sommes nous-même cela allume quelque chose en nous, c’est hors de contrôle, cela s’allume, c’est tout. Cela paraît si simple… nous mettons juste un temps plus ou moins long à devenir nous !

Depuis l’enfance nous avons joué des rôles, cru des choses, imaginé des stratagèmes conscients ou inconscients, cherché notre voie, deviné les attentes des autres, adapté notre apparence ou style, conquis notre place, notre job et puis aussi séduit notre partenaire ou de futurs ex. Pendant tout ce temps, notre objectif c’était d’ attirer l’attention, reçevoir de l’amour, de la reconnaissance mais nous n’avons pas forcément été nous-même. Nous avons pensé qu’il fallait faire un certain nombre de choses pour être aimées, toutes ces choses que l’on résume sous le nom EGO, et nous nous sommes éteintes à faire cela.

Devenir soi c’est un vrai job : il consiste à mieux nous connaître, à saisir de quelle façon notre ego guide dans notre vie (et notre EGO ce n’est pas vraiment NOUS), et à définir ce que nous voulons vraiment vivre . C’est de la remise en question, du discernement, du recul, de l’humilité, de la réflexion, des apprentissages nouveaux encore et toujours, de l’écoute de soi et de ceux qui sont déjà passés par là, de la créativité, du jeu, de la vie (encore elle !) et de la confiance en nous et en la vie. Nous ne sommes pas tous égaux pour appréhender notre égo justement, il est plus ou moins fort selon notre histoire, notre environnement, les personnes qui nous entourent, nos résistances. Mais quelle JOIE, quelle VITALITE, quelle LIBERTE nous retrouvons quand ce n’est plus lui qui gouverne sans cesse notre vie.

Ce qui est sûr c’est que quand nous reprenons le fil de notre vie, que nous réfléchissons au sens de notre vie, que nous tentons de nouveaux défis petits ou grands, que nous faisons des choix plus conscients pour réaliser nos rêves ou ce qui nous tient à coeur : nous sommes beaux, c’est inexplicable, irrationnel, étonnant, mais nous sommes beaux. L’émotion de la beauté est là.

  • La beauté c’est un cadeau

J’ai remarqué que la beauté  était aussi très amie avec 2 valeurs fortes : la gratitude et la générosité.

La beauté est dans l’oeil de celui qui regarde (O.Wilde)….

N’avez-vous pas remarqué comme ceux qui sont émerveillés et reconnaissants de ce qui est là, ici et maintenant, ont cette étincelle qui brille dans leurs yeux, ce supplément de vie qui les rend irrésistibles. Même si certains les trouveront naïfs, ils craquent néanmoins devant ce charme fou ….

Je crois que plus on est soi, mieux on se connaît, plus on est apte à aimer les autres pour ce qu’ils sont, comme ils sont : on est en mesure d’imaginer plus facilement que nos imperfections ne sont pas nous, ne nous résument pas, que nous sommes sans cesse des êtres en devenir, beaux à voir dans leur cheminement imparfait.

Regarder la vie chez l’autre, regarder sa sensibilité, ses atouts, ses talents, c’est se donner une chance de voir la beauté, de l’apprécier, brute, pure, puissante et bouleversante.

Quand on sait combien c’est compliqué d’être soi, on mesure mieux le chemin parcouru, on accepte mieux ce que nous sommes aujourd’hui, comment ce que nous sommes est le fruit de souffrances comme de désirs, et que cela ne peut donner un résultat lisse et uniforme… ce qui est beau c’est d’être toujours là, c’est de faire de son mieux pour créer la vie qui nous ressemble et nous inspire.

Sur ce chemin, il est essentiel de nous faire des cadeaux, de nourrir nos aspirations avec des choses belles à nos yeux, des choses qui ont du sens pour nous, des choses qui ressemblent à la vie que nous voulons vivre. Dans le même esprit, offrir aux autres des mots ou des cadeaux porteurs de notre belle vision du monde, sèmera de la beauté infiniment.
La  beauté sauvera le monde, n’est-ce-pas…

Nous sommes vraiment belles, chacune à notre façon, mais nous mettons souvent du temps à le croire, à le ressentir. Nous le sommes chaque jour un peu plus, au fur et à mesure que nous faisons naître la vie, que nous osons exprimer nos talents, que nous encourageons la vie autour de nous, que nous sommes vraies.

Un cadeau pour vous

J’ai écrit cet article en pensant à Gaëlle. Je viens de faire sa connaissance et c’est justement une personne que j’ai trouvé très belle. Elle est une créatrice de lingerie, elle est de Belle île en mer et elle m’a beaucoup touchée. Elle a cette fraîcheur et cette créativité à fleur de peau, elle a surtout comme leitmotiv de magnifier les femmes, toutes les femmes, elle réfléchit vraiment toujours avec ce prisme : est-ce que la femme va se sentir bien, se sentir belle ?

En échangeant sur nos approches, nous avons vite compris que nos intentions étaient les mêmes, nos démarches aussi et une idée est venue naturellement ! Toutes les 2, nous vous proposons une belle idée, une idée qui rime avec Eté, Nature, Raffinement, et Féminité sublimée, avec talents exprimés aussi !

Le Coffret « Si belle »
signé Belle ligne en Mer et Heuliad Bretagne. 99 €

1 ensemble de lingerie : coton écru, et dentelle de calais beige (tailles au choix), fait main à  Belle-île. Ce modèle sera en exclusivité sur Terrasens pendant tout l’été.
La BB cream ensoleillée (100% d’origine naturelle, 97% d’actifs, émulsion à froid, brevets bretons et fabriquée en Bretagne)

C’est un coffret qui raconte comme vous êtes belle, telle que vous êtes.
C’est un coffret pour se faire du bien et vivre sa féminité avec sérénité et liberté.

Gaëlle et moi vous souhaitons des moments de bonheur avec ces créations pleines de vie, de sens et de gaieté !

PS :

AJOUT DU 7 JUILLET 2017 : Le coffret n’existe plus mais tout ce que j’ai écrit ici, oui…

COFFRET SI BELLE BRETAGNE

COFFRET SI BELLE

belle ligne en mer duo

logo belle ligne en mer1

création belle ligne en mer web

coffret en duo belle ligne en mer et Heuliad

Gaelle vlody

belle ligne en mer et Heuliad en duo beauté

Gaelle vlody

Gaëlle Vlody

HEULIAD-logo_RVB-blog

BB CREAM HEULIAD

BB CREAM HEULIAD ERDEVEN

LA BB CREAM ENSOLEILLEE HEULIAD

Portrait-Elise-Le Pallabre 2012-BD

Dédicace…

Ce titre est un petit clin d’oeil à Cécile Bonnet et son excellent slogan « Je suis une star de mon business mais pas tous les jours », je vous invite à découvrir son site, plein de bonne humeur, de bon sens, et d’envie d’entreprendre en s’épanouissant ! Gaëlle et moi avons souvent croisé son chemin, avec bonheur !

Des racines et des ailes

Heuliad est ancrée en Bretagne, mais contrairement à ce que beaucoup pourraient croire, Heuliad ne se veut pas « bretonne, bretonnante, intégralement breizh ». C’est à dire ?

Heuliad c’est à la fois l’immense fierté d’être bretonne, la joie tout aussi immense de vivre ici, de créer des projets avec d’autres bretons, de faire vivre le territoire, de valoriser des ressources et des talents ici. Heuliad exprime le dynamisme et la biodiversité bretonne, avec une image moderne : ces aspects là se retrouvent dans les cosmétiques Heuliad à travers les partenaires du projet (laboratoire, graphisme, impression, financements….), les ingrédients naturels bretons, les brevets utilisés, le défi d’être 100% d’origine naturelle, tout cela étant symbolisé par le pissenlit, symbole d’une nature vivante, fragile, locale.

Heuliad c’est aussi mettre en scène une vraie qualité bretonne : l’ouverture sur le monde, le sens de la découverte. Il paraît qu’il n’y a pas d’endroit sur la Terre, où vous ne croiserez pas un Breton ! cette qualité là est magique et source de beaux mariages potentiels : le savoir faire breton allié à des trésors d’autres régions de France, et du monde, vous imaginez la qualité qui vous est donnée à expérimenter ?

Vous trouverez donc dans les soins Heuliad des plantes sourcées en France, en Europe, en Afrique ou en Amérique latine pour leur grande efficacité, et avec l’intention de  faire vivre des partenariats éco-çoncus et équitables, porteurs de mieux vivre sur place : je pense par exemple à l’huile essentielle de clémentine corse, qui est distillée par quelques producteurs seulement sur l’île de beauté, qui font une huile rare, bio, de haute qualité, et seulement certains qui distillent le zeste… merveilleux !

C’est cela aussi « une histoire d’amour » (le slogan de Heuliad): le mariage de plantes inattendues, le mariage de talents, le mariage des territoires, le mariage de soi et de l’autre, créer des choses ensemble et grandir ensemble: Mettre du ET pour toucher du doigt des grands moments de bonheur partagés. Utiliser une crème au quotidien qui réunit ces valeurs là, c’est un geste fort, très fort, je trouve pour poser sa pierre à un monde où il fait mieux vivre.

Un message subliminal

Je ne vous cache pas que derrière le mariage des plantes et des territoires, il y a un message subdiminal… si, si  ! Certains trouveront que c’est tiré par les cheveux mais il en faut bien…

Dans mon esprit parler de la nature et parler de la femme, c’est la même chose, je m’amuse à faire des parallèles en permanence …

Ma quête en tant que créatrice de soins pour les femmes, ma quête aussi en tant que femme, c’est d’être fière de mes racines (le territoire comme la famille), de comprendre de quelles forces je suis dotée grâce à elles, de quelles faiblesses aussi, de les alchimiser pour n’en perçevoir que l’énergie qui permet d’aller vers l’autre, vers la différence, vers de nouveaux horizons.

Dans mon cas, la Bretagne ce serait MOI avec mes racines, et les autres pays, ce serait l’Autre. Pour faire un pont entre les 2, je dois me trouver MOI, nourrir de l’estime et de la confiance en MOI, donner du sens à mes racines, exprimer la vie dont je rêve, gérer mes peurs et oser, créer… Ce pont est ensuite  à entretenir, à protéger, à renforcer, sans se perdre, un exercice de funambule.

Découvrir qui nous sommes, d’où l’on vient en gardant le cap et l’intention d’ avancer, d’oser, de vivre pleinement SA vie et pour vivre aussi quelque chose avec l’autre et les autres : En somme ce serait cultiver l’art de concilier qui nous sommes avec le goût de vivre de belles choses avec les autres, et ô combien cet art là n’est pas si simple…

Chaque crème Heuliad est conçue comme un scénario, un prétexte à mieux se connaître, une inspiration pour donner un cap à sa vie, dans le respect de la vie (de la nature, comme de la peau) je vous y accompagne grâce des entretiens individuels pour celles que cela intéresse. Pour les autres, simplement mettre une crème Heuliad chaque jour viendra bousculer en douceur ce qui a besoin de l’être : réveiller la vie en nous ! Allez savoir où elle nous emmènera…

Un album de nos photos

Pour symboliser ces jolis mariages de destination, cette envie de découverte, le bien-être et une créativité retrouvés, il m’a semblé comme une évidence de créer un ALBUM PHOTO, composé des photos que vous m’envoyez déjà et que vous m’enverrez encore beaucoup, je l’espère.

Les soins Heuliad en ballade sur la Terre, grâce à vous ! comme un souvenir des bons moments, un hymne à la nature aussi, une envie de montrer du BEAU, rien que du BEAU. L’aventure Heuliad est née grâce à vous, grâce au soutien du public via le financement participatif, alors continuons sur cette lancée collaborative, non ?

« La beauté changera le monde », alors voici une belle occasion de contribuer à ce bel espoir, qui n’attend que nous….

Mettre en scène la nature c’est créer l’opportunité de mieux l’aimer, d’être touchée par elle, et comme nous protégeons plus facilement ce que nous aimons… Il est plus que pertinent d’exprimer et de diffuser de belles mises en scène … (Je ne sais pas si vous voyiez toujours le message subdiminal ? le fait que le mot » nature » dans la phrase pourrait être remplacé par « la femme que nous sommes »ou autrement dit que prendre soin de soi, et prendre soin de la nature c’est la même chose, l’un se mêle à l’autre…) Bref, créons maintenant !

A vous de jouer !

Postez-moi les soins Heuliad pris là vous serez en vacances, là où vous aimez vous ressourcer, là où le paysage vous subjuge, vous inspire… Les soins Heuliad ont été les compagnons de route de vos découvertes, partagez avec nous les images de ces bons moments !

Envoyez-moi vos photos à cette adresse : elise[a]terrasens.fr en précisant la ville où elle a été prise et votre prénom !

Attention aux photos floues, on ne profiterait pas de l’intention à sa juste valeur…

Je posterai la photo sur Pinterest, sur cet album dédié : Heuliad en ballade sur la Terre

C’est une idée qui se déroulera tout l’été 2015, jusqu’au 6 septembre 2015 et plus encore très certainement !

Le Jeu !

Je choisirai ma photo préférée après l’été : le 7 septembre 2015 ! et le gagnant ou la gagnante gagnera le soin Heuliad de son choix !

Je souhaite aussi profiter de ce jeu pour faire grandir la forêt Heuliad, alors je m’engage à planter 1 arbre pour 1 photo que je posterai sur l’album.

1 photo =  1 arbre

En savoir plus sur la forêt Heuliad ?

Je vous souhaite une belle créativité et un merveilleux été ici ou là…
Elise Le Pallabre

Heuliad sur Pinterest

Heuliad en voyage

Le 7 septembre ! Résultat !

Voici la jolie photo que j’ai choisi comme la plus émotionnelle de l’album ETE 2015 !
C’est Annie L. de Moëlan sur mer qui en est l’auteur et j’ai beaucoup aimé la mise en scène, la créativité, les couleurs, et l’ambiance « je prends soin de moi et de mes envies pendant ces vacances d’ETE « . Annie, je vous félicite ! Merci beaucoup d’avoir participé… Vous gagnez le soin Heuliad de votre choix !

Heuliad_moelan_annie_lamour

L’album photo continue ses aventures, je choisirai une autre photo à Noël !A
A vous de jouer, votre talent n’attend que vous….

Crédit photo : Elise Le Pallabre