C’est pas la crème qui choisit la femme, c’est la femme…

qui choisit la crème … c’est rarement le cas en pratique, mais ce serait mieux dans ce sens là, non ?

Comment choisir sa crème autrement qu’en se focalisant sur son type de peau ?

Je répète souvent l’expression “être actrice de son bien-être” !

C’est une notion générale, certes, un leimotiv pour moi, mais cela n’a pas de sens si nous ne passons pas à la pratique… Sachez que cet article complète l’article “Oubliez votre type de peau, choisissez un état d’esprit”

Il y a mille façons d’être actrice de son bien-être, de sa beauté, alors au moment d’acheter sa crème, c’est un petit bout de son quotidien qui symbolise l’occasion ou jamais de s’y mettre !

Afin de ce ne soit plus la crème qui vous choisisse : oui le travail de marketing en amont a tendance à vous rendre captives d’une approche qui part du principe que vous ne savez pas ce qui vous convient. De ce fait, l’idée c’est de vous proposer (ou de vous imposer) des mots techniques auxquels vous vous pliez, vous faîtes confiance et comme à présent tout le monde fonctionne à travers le type de peau, cela rassure et est perçu comme étant LA Vérité !

Bien sûr je ne vais pas nier qu’il existe des types de peau différents, simplement ma démarche c’est de vous inviter à choisir réellement votre crème, autrement dit à sentir ce qui sera bon pour vous, et écouter ce que votre corps en pense…

C’est chouette d’être libre, de s’affranchir des codes habituels, mais c’est souvent inconfortable, il reste souvent une peur de mal faire, de se tromper.

Cela nécessite donc de s’informer, afin de choisir en connaissance de cause. C’est notre cerveau gauche, le rationnel qui nous rappelle sans cesse ce que nous avons appris par le passé, qui cherche à comprendre. C’est normal, alors je vais d’abord donner des informations pratiques à votre cerveau gauche afin qu’il laisse une porte ouverte à autre chose.

Une crème pour la peau a besoin d’être efficace, saine et agréable à utiliser :

  •  Heuliad est une ligne de soins 100% d’origine naturelle. Donc sans ingrédients synthétiques. Donc avec des plantes connues de façon ancestrale, et valorisées mécaniquement (sans recours à des procédés chimiques), telles les huiles essentielles, les huiles végétales, les macérats de feuilles, les extraits, l’eau cellulaire de légumes…
  • Heuliad est conçue comme un plat équilibré: un savant mélange de plantes apaisantes, régénérantes, cicatrisantes, drainantes, afin que ce soit la peau qui retrouve le chemin de la beauté : elle s’équilibre, s’éclaircit, se lisse car elle puise ce dont elle a besoin : énergie, minéraux, acides gras essentiels… Il ne manque rien, chaque crème est un soin complet.Tout comme le corps le fait si vous mangez chaque jour des repas équilibrés : c’est votre corps qui régule de façon optimale si son “carburant” est sain, varié, et frais.
  •  Heuliad contient en moyenne 97 % d’actifs, ce qui signifie que les soins Heuliad sont très concentrés en ingrédients qui agissent sur la peau. C’est rarement aussi concentré dans la cosmétique classique ou même bio, qui se compose le plus souvent de 80 % d’eau distillée au mieux, et de 1 à 5 % d’actifs (un peu plus pour les cosmétiques bio)
  • Dans les soins Heuliad, les ingrédients qui ne sont pas considérés comme actifs servent à lier les ingrédients entre eux afin d’avoir une forme de crème agréable à masser : il s’agit par exemple de la gomme xanthane, issu d’un fermentation du sucre, qui aide à obtenir une texture onctueuse.
  • Heuliad a une partie dite aqueuse, comme toutes les crèmes mais au lieu de mettre de l’eau distillée, Heuliad a choisi des infusions de plantes, de l’aloe vera, de la glycérine végétale ou de l’eau cellulaire de carottela peau préfère !Ainsi avec les soins Heuliad vous ne pouvez pas vous tromper : chacun est simplement doté d’un message différent, d’une énergie différente.  L’erreur n’est pas au menu. Simplement vos goûts vous mèneront plus sur une texture que sur une autre.

Pour reprendre le parallèle avec la gastronomie :

Le fil d’ariane c’est de manger équilibré toute l’année, mais vous avez des envies différentes le matin, le midi et le soir, mais aussi en hiver ou en été. Par exemple, manger des asperges au petit déjeuner est possible, ce n’est pas une erreur, seulement votre envie vous orientera sûrement vers autre chose… non ?

D’où l’idée de s’écouter pour prendre soin de soi !
Quelle est votre envie du moment, votre défi du moment, votre besoin du moment dans votre vie ?

Et si votre peau était le reflet de votre vie ?

C’est maintenant le moment de combler le cerveau droit, celui de l’émotionnel, celui qui rêve, qui suit son intuition, qui sait qui nous sommes et qui nous voulons devenir, qui imagine & qui ose !

Oubliez ce que vous savez, choisissez l’histoire qui vous plaît le plus ou l’image qui vous plaît le plus !

Chacune des lignes ou des images vous emmènera sur un produit :

 

La crème d’amour

Histoire de se faciliter la vie, de profiter des bons moments

emulsion de famille heuliad - Fotolia_22638773_S-1

 

Histoire de regarder en soi ce qui fera naître un monde meilleur, d’aller au bout de ses rêves

Le serum de serenite heuliad - fotolia

 

Histoire d’enchanter mes journées, de réveiller mes envies, d’oser !

brume-micellaire-heuliad -123photos -6284681

 

Histoire de faire la paix avec sa peau, avec soi et de suivre son intuition

emulsion pacifiste heuliad© artant - Fotolia

 

Histoire de révéler le meilleur de soi, d’aller de surprises en surprises

la-bb-cream-ensoleillée-de-heuliad

 

Histoire d’exprimer une féminité sensuelle et pétillante

Emulsion caressante pour le corps heuliad - fotolia

 

Histoire de se mettre à nu, de lâcher prise, d’écouter la vie…

émulsion nettoyante Heuliad

En choisissant un état d’esprit, une énergie dont vous souhaitez vous imprégner, vous choisissez aussi une action concrète sur votre peau :

Exemple avec le sérum de sérénité, qui invite au repos, au ressourcement. Certes ce soin est complet pour régénérer la peau mais son action subtile et spécifique sur la peau sera de l’apaiser, de l’aider à s’adapter au stress, à se désensibiliser. Logique, non ? c’est ainsi pour chaque produit de la gamme.

Voici aussi ma fiche conseil, pour s’y retrouver dans sa journée de soin !

Amusez-vous bien !

Et pour toute question complémentaire, n’hésitez pas, je suis là.

Crédits photos : fotolia

Le savon comme pêché mignon…

Savon ?

Derrière ce simple mot “SAVON” s’exprime mille réalités, imaginaires, souvenirs, et techniques différentes, alors l’idée aujourd’hui c’est de se réunir autour du savon à froid, du savon 100% naturel, du savon d’exception… Voilà c’est dit : offrons-nous le MUST !

Genèse

En ouvrant la boutique terrasens à d’autres créateurs de cosmétiques naturels, j’ai pensé très vite à inviter des savonniers (en fait elles sont savonnières pour le moment…)

J’ai écrit “pensé” mais en vérité c’était un appel du coeur avant tout. Il est impossible pour moi de résister au regard charmeur d’un savon. Je fonds littéralement devant ces petits objets de toilette, de toutes les formes, de toutes les senteurs.

Depuis toute petite je suis attirée inexorablement : je ne peux pas visiter une ville sans visiter la savonnerie, sans m’arrêter devant une boutique de savons, j’en ai vu des dizaines et des dizaines…. C’est fort, très fort cette attirance. Il ne faudrait pas aujourd’hui me proposer une savonnerie à reprendre, je ne pourrais pas dire non…

Peut-être me direz-vous :
“Alors pourquoi faîtes-vous des crèmes, pourquoi pas des savons ?”
Bonne question !

Ma passion pour les crèmes se joue ailleurs et je vous en parlerai aussi…
Je crois que ma relation au savon est enfantine, de l’ordre de l’imaginaire, du rêve, de l’éblouissement, comme le regard de l’enfant sur des jouets magiques, et merveilleux. J’ai besoin de les voir, de les sentir, et d’admirer les mises en scène choisies par chaque savonnier. C’est beau, cela me fait du bien…..

La simplicité de l’objet, sa présence depuis des centaines d’années dans nos salles de bain, son universalité, lui donne à mes yeux beaucoup de noblesse.

fleur geisha tissu 600 x600

Désenchantée

Bien sûr j’ai aussi fini par creuser la question du “comment ils sont faits”… J’ai déchanté ! c’est peut-être pour cela que je ne veux pas en faire pour le moment… je veux garder un regard émerveillé !

En avançant encore un peu dans ma recherche, j’ai finalement trouvé il y a quelques années : le savon fabriqué à froid !

Plutôt que de vous dire ce qui ne va pas dans les savons classiques, je vais vous dire ce qui fait la valeur du savon naturel fabriqué à froid choisi par Terrasens, vous en déduirez ainsi facilement ce que n’ont pas les autres…

Savon, what ?

Le savon est le fruit d’une transformation physico-chimique (apprise au collège, mais que c’est loin !) appelée saponification : Il s’agit de mélanger des corps gras avec de l’eau et de la soude (pas très naturel certes ! mais elle disparaît au final et ne fait pas partie du produit fini) pour obtenir du savon, de la glycérine et de l’eau.

Lorsque l’on souhaite faire un savon de qualité, les corps gras sont en fait des huiles végétales comme l’huile de coco, de coprah. Pour que la saponification se déclenche, les ingrédients doivent être chauffés, plus ou moins selon les méthodes justement…

Le terme de saponification à froid est largement utilisé mais n’est pas tout à fait juste, les ingrédients sont chauffés à minima afin d’en préserver les qualités cosmétiques pour la peau.

Entre une préparation à 40° environ contre 200° bien souvent dans l’industrie, le savon à 40° est perçu comme froid ! C’est un peu comme la cuisson douce aux infrarouges, contre celle à la cocotte minute en cuisine, question vitamines, vous devinez qui sort gagnant.

Les savonniers qui choisissent cette technique de fabrication à froid ont à coeur d’utiliser des matières premières nobles et écologiquement respectueuses :

  •  Côté corps gras, des huiles végétales ou laits nobles : exit donc l’huile de palme, le pétrole, la baleine…
  • Le savon sera 100 % naturel : pas de colorants ni conservateurs de synthèse : tout le plaisir consiste à trouver des ingrédients efficaces et jolis pour donner de la couleur, de la texture, et préserver le savon : huiles essentielles, plantes concassées, argiles, épices…
  • Côté soin, le savon sera doux pour la peau, “surgras”, puisque des huiles nobles comme l’argan, ou du lait d’ânesse par exemple sont ajoutés “à froid” pour distiller des bienfaits nourrissants ou apaisants à la peau. Le fait qu’ils ne soient pas surchauffés préservent leur efficacité.

Petit bémol

Le points faibles du savon sont d’affaiblir les défenses de la peau, sous prétexte de la nettoyer…

  • Par nature le savon a un pH basique, alors que le pH de la peau est acide, ce qui destabilise les défenses de la peau sur le plan bactérien et microbien.
    Le savon à froid répond à cette problématique en étant moins basique que les autres, en apportant des actifs purifiants comme les huiles essentielles pour nettoyer tout en prenant soin d’apporter une aide à la peau le temps qu’elle régule son pH par elle-même.
  • Le savon dissout aussi par nature les réserves de sébum qui protègent la peau à sa surface. Là aussi le savon à froid offre des huiles nourrissantes à la peau pour l’adoucir et apaiser.

Il reste compliqué de laver la peau sans toucher au film hydrolipidique qui la protège, alors pour relativiser les points faibles du savon, mon conseil c’est de n’utiliser les savons à froid que pour le corps, et d’appliquer de suite sur la peau un soin comme l’émulsion caressante pour le corps ou l’émulsion de famille pour corriger le pH et stimuler la régénération de la peau.

Pour le visage, qui cristallise bien souvent des inconforts variés, il est plus sage et efficace d’utiliser des soins nettoyants avec un pH neutre et peu de mousse, comme l’émulsion nettoyante de Heuliad ou le gel nettoyant Jean-Christophe.

Je ne veux pas dire par là que le corps ne mérite pas un aussi bon soin nettoyant que le visage mais avec le savon naturel à froid vous retrouvez l’usage pratique du savon, son côté économique tout en préservant au mieux la peau, qu’il faut nettoyer de toute façon pour qu’elle respire !
Bref c’est un bon compromis pour le corps dont la peau est moins exposée, moins fragile en général.

Le savon au lait d’ânesse soulage bien des peaux atopiques et eczémateuses, ce qui veut bien dire que la peau s’accommode si on lui offre des ingrédients nobles, riches en actifs et conçus avec soin.

Mieux vaut à mon sens, et de loin, un savon naturel fabriqué à froid, artisanal et local, qu’un gel douche chimique… pour ses effets sur la peau et pour toute l’histoire du produit en amont (d’un point écologique, humain et social).

Les savons choisis par Terrasens sont fabriqués de façon artisanale et à la main, en Bretagne à Brest

Ils sont créés par des personnes passionnées, que je vous présenterai très bientôt…

PS :
Un savon naturel fait à froid ne sera jamais transparent, aussi beaux soient les savons transparents…
Un savon naturel est fondant, doux, sensoriel, et vous enveloppe avec talent ! Si c’est vrai !
Je vous laisse, je vais aller me laver les mains avec volupté, juste pour le plaisir…

Si vous avez envie de me raconter votre relation au savon, ce serait avec plaisir, je ne suis pas loin…

avis de tempete - brest- route-mandarine

savons route mandarine sur terrasens.fr

Crédits photos : Fotolia, Elise le Pallabre, Route mandarine

Rencontre avec Nicolas Jennings, créateur de parfums vivants !

Émerveillement

Au moment d’étoffer ma boutique en ligne avec des cosmétiques, parfums & savons porteurs de valeurs fortes, j’ai de suite rappelé Nicolas.

D’une part parce que c’est un homme des plus charmants et authentiques, mais aussi et surtout bien sûr parce qu’ il a une magnifique vision du parfum : De la parfumerie vivante, sensuelle, exaltante … 100 % d’origine naturelle, certifiée BIO par Ecocert. Du pur bonheur à s’offrir, à sentir, à humer avec délectation !

J’ai travaillé avec lui il y a quelques années déjà quand j’avais mon spa,  je continue à mettre ses parfums aujourd’hui, je l’adôôre, et je suis très enthousiaste à l’idée de vous présenter ses créations… Il a un talent majeur !

Je lui ai posé des questions afin de partager avec vous les coulisses de ses parfums d’exception.

Nicolas Jennings, créateur des parfums SHARINI est anglais, et vit aujourd’hui  à St Guilhem le désert dans l’Hérault. Je ne peux pas vous faire perçevoir le charme de son accent anglais à l’écrit mais à la fin de ce billet, je vous ai ajouté une vidéo pour le plaisir ! et des photos aussi …

Je n’ai pas encore eu le plaisir de le rencontrer en vrai !  simplement des années d’échanges téléphoniques, c’est fou ! comme si l’autre bout de la France était à l’autre bout de la terre … C’est au programme de 2013, impérativement !!

Cher Nicolas, Comment est née votre envie de créer des parfums vivants ?

J’ai découvert le plaisir olfactif très jeune. Je suis pour moitié écossais et mes vacances à la campagne était marquées par les parfums de la bruyère et des mousses (lichens) qui donne une signature parfumée à ce pays magnifique.

Le chemin pour devenir parfumeur a commencé par l’aromathérapie et l’utilisation des huiles essentielles au quotidien. Un jour, j’ai créé un parfum à base d’huiles essentielles pour une amie et un parfumeur professionnel anglais a, par chance, senti ma création et m’a encouragé à étudier la parfumerie pour en faire mon métier.

Après ces études (bac +5) j’ai voyagé et rencontré des parfumeurs et distillateurs dans le monde entier. J’étais très intéressé par les techniques anciennes qui sont presque perdues en parfumerie industrielle. Finalement je suis venu en France en 2001 ou j’ai découvert la lavande fine (dans une ferme en biodynamie dans la drôme – le pré st jean) et ma vision de faire revivre la tradition de la parfumerie naturelle est née!

Quel message adressez-vous au monde à travers vos créations ?

Mes créations olfactives sont beaucoup plus intimes qu’un parfum industriel à base de produits chimiques. Les parfums de synthèse créent un mur parfumé autour des personnes et on ne sent que ce parfum (même dans la rue) – On peut même disparaître derrière un parfum que ne vient pas de la nature.

Mes parfums contiennent exclusivement des extraits de fleurs et de plantes, macérés pendant 8 mois.
Mon message est simple : il consiste à faire prendre conscience de ce que l’on porte sur nous mais surtout, qu’un parfum vivant n’est pas un choix intellectuel !

“Laissez vos émotions vous guider pour que votre peau sente bon !”

( Elise : tiens ! lui aussi préfère choisir ses soins autrement qu’avec le cerveau gauche !..)

Quelle est votre plante et senteur préférées ? Qu’évoquent t-elles pour vous ?

Ca change tous les jours ! – en ce moment je suis en train de sentir différents types de bois de santal et je suis sous le charme d’une variété de nouvelle calédonie (santalum austrocaledonicum – “un merveille! *”). 
* Parenthèse d’Elise : “Un merveille” à l’anglaise ! je n’ai pas eu le coeur de corriger…

J’ai aussi eu un coup cœur pour les notes sensuelles et florales du chèvrefeuille sauvage qui pousse aux alentours de ma petite mazet dans la campagne – un vrai parfum de printemps.

Mais pour son coté intemporel, j’aime énormément la pureté de la fleur de lotus (dans ma composition lotus paradis) – simple, délicat et doux – THE parfum serein existe!

Un grand Merci Nicolas, pour cette interview qui sent bon et qui chante un peu aussi entre l’accent anglais et celui du midi…

 

 

A vous de faire l’expérience … Où vous mèneront vos émotions ?
et revenez le partager ici si le coeur vous en dit !

PS : Tous les parfums sharini sont réalisés dans un laboratoire conformément à la règlementation, ci-dessous vous allez découvrir des images de son savoir-faire, qu’il montre aux visiteurs de son atelier de recherches olfactives !

NB :  Une petite surprise auditive juste après les photos ci-dessous….

Découvrez les parfums de Nicolas Jennings

 

 

 

 

 



 

Découvrez les parfums de Nicolas Jennings

 

Crédits photos : N. Jennings, fotolia

Déplaire : le début du succès !

Le ressort originel, c’est d’être aimé…

Tout le monde a besoin d’amour : j’enfonce une porte bien ouverte, soit !  C’est malgré tout une source fréquente de “noeuds”pour nous tous, il y a encore matière à philosopher autour de cette évidence, n’est-ce pas ?

Aujourd’hui j’ai envie d’aborder 2 sources “d’approvisionnement” possibles pour reçevoir de l’amour. Il y en a plein d’autres mais voilà, aujourd’hui ces 2 là se sont faites remarquées… Quand j’écris cela, il s’agit d’admettre que ce sont 2 sujets d’actualités dans ma vie, une actualité qui remonte à longtemps en fait ! alors je partage mes réflexions…

1- La 1ère source, c’est de s’aimer soi-même, et oui vous l’avez déjà entendu ! alors j’ai juste envie de rappeler une petite chose qui mine de rien, en dit long …

S’aimer soi-même peut sembler être une quête abstraite et à long terme, alors dans cette quête, un éléments concret c’est de décider, et de persévérer dans cette décision de ne PAS dire du mal de soi, de ne PAS porter de jugement négatif envers soi. Même pour rire ? oui ! même pour rire, au moins en phase de sevrage !

Avez-vous déjà fait attention à tout ce que nous prononçons comme parole dévalorisante à NOTRE égard ?

Bien souvent il s’agit d’attirer l’attention de cette façon, d’espérer un écho extérieur à nos soucis, une compréhension, un soutien pour compenser nos incompétences supposées. Chercher de l’écoute, de l’éclairage extérieur, de l’aide ce n’est pas interdit ! Cependant il n’est nul besoin de se mettre plus bas que terre pour mériter d’être aidé ou pour attirer l’attention des autres.

Exemple :
“Je suis vraiment nulle, je n’ai rien vu venir : ma fille me ment, elle fait le mur, elle s’est mise à fumer, je n’en peux plus, je n’arrive à rien avec elle”
et vlan, au passage, une claque à notre estime de soi !

Est-ce que finalement une phrase comme :
“Ma fille vit une situation délicate (elle fait le mur etc…), cela me touche et me perturbe beaucoup, je cherche une solution, un éclairage, qu’en penses-tu, tu ferais comment toi ?”

Cette phrase ne permet-elle pas d’arriver au résultat attendu sans se flageller au passage ?
Verbaliser le problème c’est bien souvent faire émerger un début de solution,  donc OUI ! exprimons-nous, mais pas au prix d’un assassinat de notre estime de soi !

Ce petit conseil  pourrait vous amener à croire que vous devez taire vos pensées culpabilisantes ou autoflagellantes (“je suis vraiment nulle !), mais non en fait : il s’agit de les exprimer en prenant du recul, et en vous dissociant des évènements qui vous arrivent.

 

Suite de l’exemple
Vous aurez tendance à vous sentir coupable de ce qui arrive à votre fille, mais ce qui pourrait être plus constructif serait de vous dire :

“J’ai pris conscience du problème, par le passé j’ai pu commettre des erreurs, mais à présent que puis-je optimiser ? Comment puis-je tenter d’autres solutions que celles que je connais ?…”

Ce qui arrive à votre fille est SON parcours de vie, SA vie n’est pas VOTRE vie, ce qui n’empêche pas pour autant VOTRE remise en question pour ce qui VOUS concerne (certaines choses seront à faire par votre fille, et uniquement par elle !). Le défi de chaque parent c’est de faire de son mieux dans le moment présent, avec ses failles, atouts et limites, et de se remettre en question quand cela bloque. Ce que vous n’arrivez pas encore à faire, ne se confond pas avec votre valeur : vous avez de la valeur, et méritez l’amour des autres même si vous ne réussissez pas tout, vous et vos comportements sont 2 choses différentes.

Il ne s’agit pas ensuite de partir vers l’autre extrême : rabâcher haut et fort être la plus intelligente du monde, la plus organisée tout en gardant un “oeil vif” de surcroît – mais sans y croire un mot évidemment – !

 

Notre cerveau, ce héros

Ce petit conseil est là pour nous rappeler que notre cerveau enregistre tout ce négatif. Notre cerveau peine ensuite à nous inciter à aller vers des situations nouvelles, des gens différents, et vers le bonheur tout simplement, tant ce cerveau est chargé de lourdeurs, de préjugés passés, de freins bien ancrés.

C’est comme regarder un film violent ou dramatique, cela donne moins d’ailes humanistes que de regarder un film comme “Intouchables” : la joie passera par nous si nous émettons de la joie donc si nous nous remplissons de joieS en amont…

Nous avons bien des raisons de ne pas savoir nous aimer, notre enfance, nos rencontres souffrantes …. mais aujourd’hui, un début de changement c’est de ne plus alimenter ces vieilles valises.  Petit à petit ces valises resteront à leur place et notre vie suivra plus le chemin que nous décidons de suivre pour être bien.

Donnons à notre cerveau de l’espoir, du positif, de l’encouragement, il nous le rendra au centuple !

 

LEVONS LE MASQUE…

© johanjk - Fotolia.com

2- La 2ème source, c’est d’être heureuse de déplaire.

C’est curieux n’est-ce pas ? vous me voyez venir ? oui !
Déplaire aux uns c’est une chance magique de plaire aux autres
C’est se rapprocher de ce qui nous sommes vraiment.

Au milieu de ce processus :

nourrir l’estime de soi,
être plus bienveillant envers soi,
se respecter en exprimant ses besoins, ses envies,
dire oui ou non avec sincérité,
bref, se positionner pour être au plus près de son bien-être …

C’est se donner une chance de rencontrer des personnes qui nous aimeront vraiment tel que nous sommes . Il y a simplement une réalité collatérale : déplaire à d’ autres. C’est dur au début et puis finalement c’est plus simple : c’est clair au moins, et c’est tellement bon de ne pas faire d’efforts surhumains pour espérer plaire et être aimé. Plaire à tout le monde, la neutralité, la bienséance, tout cela n’attire pas les vrais amis, les vraies histoires humaines.

 

Il suffira d’un signe…

Alors c’est bon signe : déplaire c’est aussi une reconnaissance que nous existons, ce que nous sommes là, et bien là. C’est bien ce que nous voulons non, ne pas être transparente !

Renforcer notre estime est essentiel car cela nous aide à choisir, à décider, à renoncer,et donc garder le fil de notre rêve de vie. Renforcer son estime c’est petit à petit comprendre que nous avons de la valeur, comme tout le monde, que nous sommes légitimes pour réaliser ce qui nous tient à coeur, que personne n’a NOTRE vie entre ses mains.

La vie est courte, vivons ce que nous avons à vivre, tant pis pour ceux à qui cela ne plaît pas. Persévérons pour ceux qui aiment, qui nous aiment, que nous aimons.

Finalement ils sont souvent bien plus nombreux que ceux à qui nous ne plaisons pas…

et Là, enfin quand on renonce à plaire à toute le monde, quand on choisit la vie côté bonheurS, et bien:  les portes s’ouvrent, la voie s’éclaire, la vie nous fait des cadeaux. J’aurais beau l’écrire, c’est une émotion qui se vit dans ses cellules, alors je vous le souhaite du fond du coeur, vivement que vous ne plaisiez pas, et que cela ne vous anéantisse pas ! Vous commencerez ce jour là votre vraie vie, la vie qui est faite rien que pour vous sur mesure, celle qui sera précieuse et inspirante pour ceux qui vous croiseront…

Quelle chance ce sera de vous rencontrer !

A bientôt…

Crédits Photos
© johanjk – Fotolia.com
© bst2012 – Fotolia.com