Je pense donc je doute…

Cachez ce doute que je ne saurais voir…

Parfois tout semble clair dans notre esprit, une évidence, comme après avoir discuté avec une personne, lu un livre, ou après une bonne nuit de sommeil.Et puis le ciel bleu s’assombrit, la certitude s’étiole, au fil d’une émission de radio, d’un mot du mari, d’une cliente… du temps. Est-ce que nous aurions sans le savoir des ancêtres girouettes ?

Ce cerveau, par ailleurs plutôt utile, sait aussi nous emberlificoter l’existence en nous amenant sur des fausses pistes, nous qui sommes si déterminées à trouver notre chemin. Pour les petites décisions, comme pour les grandes, comment choisir parmi nos pensées celle qui serait  la bonne à suivre…. Celle qui a envie de tenter une aventure risquée, celle qui s’entête sur une voie sans issue (selon les autres, mais ont-ils forcément raison ?), celle qui se résigne en prétextant  préserver l’existant, la famille, celle qui veut rompre les atavismes ou celle qui veut réellement donner un sens à sa vie, en douceur ( mais est-ce possible ?)

Quand on doute, est-ce l’enfant insouciant qui parle en nous, l’adulte aigri, la peur, ou une intuition profonde ?

Le doute aime les femmes ?

Il paraît que c’est très féminin de se poser toutes ces questions, de remettre en question tout, tout le temps. L’homme est plus direct dans ses réponses, il a confiance ou pas, il aime ou pas, il fait ou pas, il choisit vite (et bien en plus !). De mon côté je vais arriver parfois aux mêmes conclusions mais en étant passée par diverses réflexions : une mauvaise première impression sur un produit par exemple que je pense corriger en lui donnant une seconde chance, en réfléchissant à  une meilleure façon de l’utiliser ou en essayant sur une utilisation à plus long terme avant de juger. Je vais aussi discuter de ce produit avec une personne enthousiaste, qui va m’éclairer d’une autre façon et finalement quand même déçue au terme de l’expérience parce que cela ne marche pas sur moi, je dois laisser tomber comme le disait depuis le début mon cher et tendre mari…

Pourquoi ces doutes ?

C’est aussi une question d’équilibre entre le féminin et le masculin en soi, mais dans ce billet, je vais plutôt parler de cerveau gauche et droit. De façon plus ou moins prononcée chez chacun, il s’agit le plus souvent d’un cerveau gauche surmusclé, qui a bien appris ses leçons depuis l’enfance, qui a été éduqué à suivre et faire confiance aux autorités extérieures ; autrement dit aussi, un “surmoi” tenace (en savoir plus ici sur le surmoi) qui juge sévèrement toute tentative de rêve ou d’expression de soi, qui préfère plus que tout nous voir râler, pester sur notre quotidien. Il nous met une pression magistrale avec ce qui est bien ou mal,ce qui se fait, ce qui ne fait pas, pour ne pas nous laisser le loisir de réaliser qu’il n’est qu’un écran de fumée. Un écran de peurs qui peut s’évanouir dès que nous osons passer à l’action, ou réaliser ses envies profondes.

Exemple
Si nous hésitons à vendre notre maison, nous réfléchissons aux avantages, aux inconvénients, parfois on se sent prêt, d’autres fois cela nous semble trop compliqué. Et bien en passant à l’action : mettre sa maison à vendre sur un site bien connu ou dans une agence et là les choses vont bouger. Soit nous sommes mal à l’aise de voir des gens visiter, critiquer notre maison, cela nous pèse de les reçevoir, on en cauchemarde la nuit… Soit nous sommes remplis d’espoir, si ces personnes achètent la maison, nous nous imaginons dans notre prochaine maison, nous parlons comme si elle était déjà vendue,  nous sommes guillerets rien qu’à cette idée ! Nous aurons notre réponse, oui je vends, non je ne vends plus.

cerveau gauche et droit

Chassez ce doute…

Conseil :
Si vous vous posez une question, laissez la vie vous répondre, mais posez concrètement la question, pas juste dans votre tête, posez un acte concret et la réponse c’est ce que vous ressentez… de la joie ou pas ? Personne n’a la réponse pour vous y compris tous ceux qui vous veulent du bien . Vous pensez ? donc ressentez ! pour ne plus (autant) douter.

C’est un petit entraînement, que celui de prêter attention à sa première impression, basée en plus sur un préalable : avoir confiance en votre bonne étoile, en la vie, pour que tout ce que vous vivez ait une raison d’être, même les choses les plus désagréables.

Notre boussole sera toujours ce que nous dit notre intuition à travers nos sensations corporelles, le plaisir des sens, la joie. Quant aux pensées (le mental, la raison) elles sont là pour mettre en place une stratégie de réalisation de nos intuitions dans notre quotidien.

OUI ! La raison est précieuse

mais quand elle est au service de nos intuitions, c’est la clef d’un lâcher prise durable. Le mental structure ce que à quoi nous aspirons, il met des mots, hiérarchise les priorités, pour exécuter au mieux  nos attentes.

Vous aspirez à une vie de famille harmonieuse, tout en ayant une vie professionnelle ? le mental doit juste vous aider à poser le cadre et les modalités pour que cela se fasse, et non pas être celui qui dit ” tu ne peux pas être partout, choisis, prend un congé, pour te consacrer à ta famille, tu n’y arriveras pas et blabla bla…”

Si nous doutons, c’est juste le mental qui pédale dans la semoule, qui nage dans le vide de nos peurs, dans les traditions, les habitudes aussi (une voiture sans pilote en somme). C’est sain parce que cela montre que nous cherchons à décider de notre vie par nous-même, à ne pas faire d’erreur, mais cela peut durer longtemps et nous épuiser, jusqu’à ce qu’un évènement extérieur  décide pour nous, avec l’impression finale désagréable de ne pas avoir choisi cette fois encore.

Cultivons notre jardin intérieur

Alors justement, nous irions au bout de nos projets avec plus de douceur et de plaisir si nous écoutions notre ressenti en premier, c’est lui le pilote, le vrai chef d’orchestre.
Là le mental serait ensuite utilisé pour ce qu’il sait faire :  servir  à réaliser ce qui est bon pour nous,  l’évidence serait comment dire, plus évidente…

Le corps parle (mais ce n’est pas exactement du français), le mental répond et agit. Ne pas écouter nos sensations corporelles (en lien avec nos intuitions) nous donne cette impression de doute permanent.

Pour apprendre à mieux sentir ce corps qui s’exprime, nous pouvons méditer, danser, chanter, écrire, lire, peindre, sculpter, regarder un film, courir, faire un bain, un massage, se balader en plein nature, un soin du corps, des thérapies (comme la sophrologie, l’EFT…), apprendre, rire… Le champ des possibles est vaste, du moment que nous prenons chaque jour un peu de temps pour nous, pour nous poser, regarder, accueillir, écouter, en silence, ce qui se passe en nous. Cela devient de plus en plus clair en pratiquant, en musclant cette fois notre cerveau DROIT, là où nos émotions, nos envies, sont créatives… là où nos talents,  n’attendent que nous pour s’exprimer…

Vous me direz que c’est facile à dire tout cela, je sais… mais ça fait toujours du bien de se rappeler le mode d’emploi, car on l’oublie vite, non ?

bathroom

Crédits photos :  mercedes, kordonline.com

La terre est ronde, moi aussi…

La terre a toujours été ronde, moi pas…

Nous sommes quelques-unes, oui plutôt beaucoup,  à être généreuses des hanches, du ventre, des cuisses, (et pas toujours des seins, dommage !)… c’est une réalité,  et tout l’enjeu c’est de savoir comment chacune  va se perçevoir et exister avec ce qui EST aujourd’hui.

Comment nous voyons-nous ?

Etes-vous plutôt de celles qui disent haut et fort qu’elles assument leur surpoids: L’idée c’est de revendiquer le droit d’être comme on est.   Ressembler à des modèles, se conformer aux standards, c’est  juste impossible et contraire à notre envie d’être unique et aimée comme nous sommes. Beaucoup sont très jolies et osent des tenues colorées, près du corps, robes et jupes y compris (pourvu que les marques de vêtements en prennent de la graine …).

Elles ont envie de profiter de la vie, des glaces au chocolat, du moment présent, et le disent ! Souffrir pour maigrir c’est du sadomasochisme, non merci, la vie pour elles c’est autre chose ! Moi je dis « oui », c’est un bout de positif dans ce monde de la rondeur souvent cassant, bizarrement…  Mais est-ce une lutte à l’extérieur et une souffrance persistante à l’intérieur ?

Il y aussi celles, sans doute plus nombreuses, qui souffrent de ces rondeurs,  qui donneraient beaucoup pour les voir disparaître, qui ont renoncé à beaucoup de plaisirs dans la vie pour ne pas se mettre en situation d’être offerte aux jugements des autres. Elles se disent que les rondes, « les grosses » dans la bouche de beaucoup,  sont taxées implicitement de fainéantise, de manque de volonté, d’hyperémotivité, de perte de contrôle de soi, et que personne ne trouve les rondes séduisantes ou belles. Est-là plutôt une lutte permanente à l’intérieur, et une vie timide voire inexistante à l’extérieur ?

Quelque part entre les 2, il y aussi de la place pour se dire que, certes, nous avons conscience que le surpoids est un frein à notre santé, il induit beaucoup d’inconforts au quotidien, et fait vivre régulièrement des épreuves  à notre estime de soi : l’essayage de vêtements par exemple ou la sortie à la plage… Mais comme aujourd’hui ce poids est là, il est vital de vivre avec lui dans une relative paix afin de se donner une chance d’être heureuse ici et maintenant.

Se sentir belle même ronde, oser être une femme expressive et gaie, et réaliser ce qui nous tient à cœur, est à notre portée dès aujourd’hui.   Cela ne veut pas dire que nous sommes résignées à rester comme cela, que nous baissons les bras, au contraire. Le surpoids est  déjà le fruit de souffrances,  alors pourquoi en rajouter en se jugeant en permanence, encore plus fort que ce que font les autres, ou en bravant les préjugés jusqu’à épuisement.

Accepter ce qui est, semble parfois juste impossible. Pourquoi ?

Se trouver belle dans cette robe, boudinée, comment dire ? c’est juste impossible oui c’est ça « impossible » !

femmes rondes

Je suis une femme très ronde …

Aussi vrai que la terre est ronde, une autre évidence : nous avons besoin de manger. Mais manger plus que ses besoins physiologiques indiquent des sources de stress ailleurs, côté émotionnel par exemple que nous apaisons (sans succès) en mangeant. C’est devenu automatique avec le temps …

Il y a tant à dire sur ce sujet, grâce à ce blog, j’en parlerai de temps en temps si cela vous intéresse aussi. Aujourd’hui, ma « grande » expérience de ronde m’amène à partager une piste de réflexion, parce que mieux saisir certaines causes de ce surpoids c’est déjà l’accepter un peu.

Dans la phrase : “je suis une femme ronde”, le mot le plus important c’est Je Suis, ensuite FEMME et finalement, un détail RONDE.

Je suis (et l’estime de soi)

J’ai mis longtemps à réaliser que j’ai de la valeur simplement parce que j’existe. Je suis là, j’ai donc des qualités et des défauts. Je n’ai pas à prouver que j’ai de la valeur, j’en ai comme tout le monde. Je n’ai pas à m’inquiéter de plaire à tout le monde. Je suis aimable, des personnes peuvent m’aimer, vraiment, mais pas toujours celles de la part desquelles j’aurais tant voulu reçevoir de l’amour… Et si j’existe c’est parce que j’ai quelque chose d’unique à apporter autour de moi. Ce que j’ai à faire c’est mettre en scène cette valeur avec sincérité, et faire de mon mieux. C’est vrai pour que chacun de nous, sans exception.

Vivre  n’est pas une lutte permanente, je peux être moi-même, tout simplement.

Nourrir l’estime de soi :

Faîtes une séance photo avec un photographe pour avoir de belles photos de vous,
& offrez-vous ce qui a de la valeur à vos yeux, ce qui rime avec qualité.
Prenez soin de vous, massez-vous y compris votre cellulite et vos vergetures…

Parfois ce qui est difficile c’est de savoir ce pour quoi nous sommes faits

Notre corps pourrait alors être un allié précieux. Même si je suis aujourd’hui encore en grand surpoids, je me nourris avec des aliments variés et sains (mais trop !). C’est essentiel de donner à nos cellules une nourriture saine, bien sûr pour notre santé, mais aussi pour que les cellules bien vivantes communiquent facilement entre elles, que les hormones soient diffusées de façon homogène : C’est crucial pour capter nos intuitions et sentir en nous le bien-être !

Les personnes en surpoids peuvent rester prisonnières de leur mental, donc de leurs peurs et de leurs habitudes, si elles sont coupées de leurs sensations corporelles. Si nous ressentons de la joie, de la passion, de l’envie, il est plus simple et évident de suivre ce cap. Il s’agit donc de recommencer à s’autoriser le plaisir, à s’ouvrir à l’inattendu.

Ce que nous avons de précieux, notre talent,  nous avons à le découvrir par nous-même, et il se fera connaître en se manifestant par beaucoup de joie intérieure à faire une chose en particulier. Les autres percevront aussi ce plaisir et vous le ferons savoir à leur tour. Ecoutons ce que disent les autres de nous. Regardons notre passé aussi,  beaucoup d’indices sont là depuis l’enfance, ce que nous avons aimé faire, nos jeux, et activités, lieux préférés….  Notre surpoids actuel est une grande source d’enseignements, décryptons-les pour enfin aller plus loin, dépasser ce que nous avons subi pour devenir actrice de sa vie.

Notre corps nous parle sans cesse, est-ce que nous  chercherions à le faire taire en l’assommant de nourriture à digérer ? Et si nous comprenions que notre corps nous veut du bien, et que c’est en  lui que sommeille les sources de notre bonheur, faisons la paix avec lui…

jeux d'enfants

(Oser être une)  femme

Une fois que nous perçevons mieux en quoi nous pouvons être utile, ce qui est difficile c’est aussi d’oser l’exprimer, et de le « faire » tout bêtement… Des habitudes, des mémoires familiales ou sociétales nous mettent dans la tête que la réussite, le bonheur ne sont pas pour nous !

Etre une femme, c’est clair pour tout le monde. Etre épanouie, à l’aise, fière, heureuse d’être une femme, c’est déjà moins évident.  Tant d’images de stars nous montrent des femmes magnifiques, désirables, désirées,  séductrices, séduisantes, il est vite rentré dans notre tête que nous sommes certes des femmes mais avec peu de choses en commun avec ces femmes là.

Si pourtant !  la féminité c’est le sourire que nous nous faisons d’abord à nous-même. Est-ce que le regard des autres n’est pas juste le reflet de la façon dont nous nous regardons. Si nous voulons que ce regard change, changeons d’abord le nôtre ?

Là où nous ne nous sentons pas à l’aise, sourions, regardons les autres dans les yeux.
Quand une personne juge une autre personne, soyons- celle qui est bienveillante.
Quand une autre femme est jolie, disons lui.
Quand un homme nous parle, disons ce que nous pensons vraiment.

Et observons comme tout change tranquillement autour de nous : Moins de stress, plus de partage, de relations agréables, d’opportunités, moins de tentations du côté du frigo…

robe jaune

Une personne qui retrouve le chemin de son bonheur, fait avancer le monde… Certaines sont rondes, d’autres minces, d’autres encore c’est autre chose, mais ce ne sont que des apparences différentes qui nous invitent toutes dans la même direction:  Notre apparence nous enseigne quoi de nous, de notre talent ?  Notre apparence est là pour nous encourager, nous rappeler notre défi : quand oserons-nous être nous-même et bien dans notre peau ?

Je pense au père jaouen, très philosophe :

« Démerdez-vous pour être heureux, les autres  ont besoin de votre bonheur »…

Suite au prochain épisode ?
Je serais ravie d’échanger avec vous sur vos astuces pour accepter ce qui est, vos découvertes sur le sens de certains fardeaux que nous portons, ou si vous avez des questions…
Libre à vous !

Crédits photo : browndresswithwhite, monkeysellbanana.tumblr.com, 38 – Picnic session inspiration, cognacandcoffee.tumblr.com, nadine court

 

Ma fiche conseil Heuliad

Pour celles qui découvrent Heuliad, j’ai envie de dire que le conseil fondamental (ou l’objectif) pourrait se résumer à :

Oubliez votre type de peau,
écoutez votre ressenti et choisissez un état d’esprit…

Exaltez les sens avec délicatesse, distillez des bulles de vie en osmose avec la nature de votre peau et révéler toute votre féminité !

Une crème de soin Heuliad est un message d’énergie adressé à votre peau, un message vrai, subtil et respectueux.
J’ai marié chaque crème avec pour vocation d’inspirer, de nourrir positivement vos pensées et avec une intention créatrice, une émotion agréable à expérimenter.

Le moment d’application d’une crème est un instant privilégié pour créer son bien-être… Faites-vous confiance pour choisir et faites-vous plaisir !

En cliquant sur le nom du produit, vous découvrirez sa fiche détaillée.

Vos Soins du Matin

La Brume micellaire dynamisante  : cette lotion fraîche & nettoyante vous permet de capter impuretés et toxines produites par la peau pendant la nuit, sans agresser les cellules toutes neuves créées dans le même temps, et en préservant les défenses de votre peau. Vaporisez-la sur le visage, massez quelques secondes passez un coton ou une éponge konjac par exemple pour tonifier la peau en douceur.
Son état d’esprit ? Symboliser notre besoin de réveiller l’envie d’une vie gaie et créative. Quel pas de plus accomplir vers vos rêves ?

L’Émulsion pacifiste, un soin de jour fluide, équilibrant & un contour des yeux lissant.
Idéal si vous aimez les textures fines et légères, que votre peau se voile d’imperfections, et si votre contour des yeux est froissé et « engourdi ».
Son état d’esprit ? Symboliser notre besoin de vivre une vie magique et intense en émotions. Osez réaliser ce qui vous fait vibrer…

OU

L’Emulsion d’amour, un soin de jour soyeux & repulpant : massez 2 touches de soin sur l’ensemble du visage et du contour des yeux. De l’éclat, de la souplesse à offrir à votre peau, une stimulation en profondeur de vos ressources anti-âge (acide hyaluronique et collagène) !
Son état d’esprit ? Représenter notre besoin d’émerveillement et d’expression de soi, libérer une belle énergie féminine et créatrice.

Bonus :
La BB Cream ensoleillée : un soin à mi-chemin entre la crème de jour et la crème teintée, elle unifie et hydrate en apportant une joli teinte dorée naturelle.
Son état d’esprit ? Symboliser notre besoin de rencontres inspirantes, incarner notre supplément d’âme, ouvrir les yeux, sourire à la surprise…

Vos Soins du soir

L’Émulsion nettoyante et démaquillante : pour nettoyer ou démaquiller votre peau, massez une pression de ce baume étonnant, puis mouillez vos doigts pour émulsionner ce baume qui devient lait. Rincez ce lait à l’eau claire ou à l’aide d’un coton. L’émulsion nettoyante permet de démaquiller les cils mais d’autres préfèrent la Brume micellaire… au choix !
Son état d’esprit ? Répondre à notre besoin d’essentiel, de naturel, de simplicité, d’être belle comme on est.

Puis massez-vous le visage, au choix, avec :

Le Sérum de sérénité : un soin de nuit réconfortant et anti-âge, idéal en automne et en hiver, ou à chaque fois que la fatigue est là, l’envie de calme aussi. Le sérum de sérénité aide la peau à lâcher prise sur les rougeurs, la sensibilité, le teint terne pour retrouver le chemin de l’équilibre et de la fraîcheur du teint.
Son état d’esprit ? Accompagner notre besoin de ressourcement, de repos, de rien… propice au renouveau.

L’Emuslion d’amour : un soin liftant et restructurant, idéal au printemps et en été, ou quand l’envie d’air, de mouvement, de renaissance se font sentir. La crème d’amour donne du corps, de la structure à la peau en profondeur, pour refléter en surface un teint plus lisse, plus unifié et repulpé.
Son état d’esprit ? Accompagner notre besoin d’émerveillement et d’expression de soi, inspirer à libérer une belle énergie féminine et créatrice.

L’Emulsion épatante : un soin onctueux, réparateur et régénérant, l’esprit de l’hiver pour apaiser et ressourcer la  peau (le visage et  les mains). La talentueuse retisse des liens solides quand notre peau peau a souffert ou vit une période de fragilité. Pensez-y quand vous avez des rides, des zones sèches rebelles, des vergetures aussi. Elle est puissamment cicatrisante. Apporte en prime, du velouté, de la douceur.

Son état d’esprit ? Encourager et sécuriser nos envies de renouveau, comme une maman le ferait… Porter l’amour comme une valeur fondamentale, la bienveillance et la douceur comme nos meilleures alliées pour retrouver le fil de sa vie.

Le sérum facétieux : une synergie d’huiles fines et précieuses, une énergie juste entre le printemps et l’été pour préparer la peau à rayonner. Le sérum facétieux et ses 20 plantes, distillent de la légèreté, de la fluidité, de la vitalité. Il accompagne la peau pour la détoxifier, la protéger des effets du vieillissement prématuré, et l’aider à bronzer naturellement, à stimuler sa régénération.
Son état d’esprit ? Inspirer la joie et la spontanéité ; favoriser l’ouverture à la surprise et l’envie de profiter de la vie. Donner envie d’explorer des voies nouvelles, de sortir des sentiers battus, de rire. Sous ses airs facétieux, il est d’une puissance magnifique pour s’aimer telles que nous sommes, pour vivre la vie qui nous plaît !

Retrouvez ces soins sur ma boutique en ligne : TERRASENS.FR

Nota Bene

Prenez-soin de vous car ce temps que vous vous consacrez, c’est de l’estime de soi à l’état pur : vous offrir le meilleur et vous écouter. Cette écoute de ce qui se passe en vous, c’est votre clé pour ouvrir des prises de conscience, des intuitions, de la gaieté, qui vous en disent plus sur le sens de votre vie, et la nature de votre talent. C’est-à-dire ce que vous voulez accomplir, exprimer, ce qui vous rendra heureux.se.

Heuliad vous souhaite un bon film aux petits soins !

Je reste à votre écoute pour affiner et personnaliser ces conseils, au plaisir d’échanger avec vous !
Élise Le Frapper : me contacter

Crédits photo : fotolia